Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 19:00
Loisel peter pan couvertures






Régis LOISEL
Peter Pan

Vents d’Ouest,
1990 (tome
1),
2004 (tome 6)















Amis de Disney, passez votre chemin !

Ici l’histoire de Peter Pan ne commence point dans une famille bourgeoise heureuse où les enfants rêvent d’évasion, mais dans les bas-fonds londoniens de la fin du XIXe siècle…

L’auteur, Régis Loisel (bien connu également pour son autre saga La quête de l’oiseau du temps et plus récemment Magasin général) a passé plus de dix années à dessiner et scénariser les six volumes de cette série. Mais les similitudes avec la vision de l’oncle Walt s’arrêtent au nom de cette bande dessinée…

On suit la genèse du Peter Pan que l’on connaît, et le moins que l’on puisse dire est que son histoire tient davantage d’un roman de Charles Dickens que du conte de fées : enfant délaissé par une mère alcoolique, le petit Peter fait rêver les orphelins de son quartier en leur racontant des histoires d’aventure et de mère aimante. Le seul adulte à se soucier de lui est Monsieur Kundall, médecin à la retraite logeant au-dessus d’une taverne miteuse ; voyant que son petit protégé perd trop vite la candeur que devrait lui conférer son âge, il ne cesse de l’encourager à rester l’enfant qu’il est avant que le « grand gourmand », le temps qui passe, ne le rattrape…

Justement, le soir où la mère de Peter le jette à la rue, il fait la connaissance d’une bien jolie fée qui l’emmène dans un tout autre monde, où il rencontre nombre de créatures issues de l’imaginaire des enfants. Leur chef, Pan, devient vite un ami très proche de Peter, de qui il aura besoin pour faire face aux agissements d’un certain Capitaine (qui là, a encore ses deux mains !).
peter pan planche 1

Ayant besoin de troupes supplémentaires, Peter retourne à Londres pour remmener sa petite équipe d’orphelins (que nous connaissons mieux sous le nom des « enfants perdus »). Il y retournera deux autres fois : pour chercher de quoi soigner un de ses amis mourant et pour faire ses adieux à Monsieur Kundall. En parallèle, nous, lecteurs, découvrons qu’à chacun de ses retours, d’atroces meurtres sont commis sur des prostituées dans le quartier de Whitechapel par un dénommé Jack…

peter-pan-planche-2.jpg
Vous pouvez garder votre boîte de mouchoirs à côté tout au long de votre lecture, car ce n’est pas parce qu’il va au Pays Imaginaire que tout s’y passe bien ! Des événements tristes et effrayants y surviennent, et on apprend que ce lieu est le dernier bastion des créatures imaginaires, délaissées au fil du temps pour d’autres rêves plus matériels tels que la richesse et le pouvoir. Si le Capitaine a ce qu’il veut (son trésor, pour ceux qui ne se rappelleraient pas), c’est la fin de leur monde…

Loisel, par son scénario, apporte ses réponses à nombre de questions que nous pouvions nous poser sur le mythe Peter Pan et nous montre à sa manière l’importance de garder une part d’enfance en chacun de nous malgré les dures réalités de la vie (d’où l’utilisation par M. Kundall du bonbon, symbole de l’enfance, pour la métaphoriser). Avec lui, les créatures telles que les fées et les sirènes retrouvent leurs rôles tels que décrits autrefois, à savoir jouer des tours aux hommes sans en mesurer les conséquences. Y compris Clochette, ici très loin d’être la fée gentiment espiègle que l’on connaît d’ordinaire !

Par son dessin, dont le trait lui est si caractéristique, il n’épargne pas les émotions éprouvées par les personnages et nous fait vivre intensément l’histoire de ce Peter Pan méconnu. De plus, le réalisme est renforcé par le lien fait avec des événements réels tels que les meurtres de Jack l’éventreur, et nous permet de situer les personnages et l’action dans une époque précise.

Cette bande dessinée est en résumé une ode à l’enfance et à l’imaginaire enfantin confronté à la réalité, vu au travers d’un personnage connu et reconnu, aussi bien par les enfants que par les adultes.

Ne laissez pas le temps qui passe filer entre vos doigts et lisez donc ces six tomes d’une traite…


Marie, 2e année Bib.-Méd.

Pour en savoir plus
http://peterpan.ventsdouest.com/


Partager cet article

Repost 0
Published by Marie - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives