Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 07:00

samedi 20 avril 2013,
14h30-16h30,
au « 91 ».

 

 

Avec ce beau soleil de printemps tant attendu, les adolescents de Bordeaux ont pourtant l’intention de s’enfermer cet après-midi. Jeux-vidéos, écrans au rendez-vous ? Et bien non, renversons les clichés, il s’agit du rendez-vous du club ados chez Mollat !

Aujourd’hui, dix ados sont venus pour présenter les uns aux autres leur dernier coup de cœur. Réunis environ une fois tous les deux mois, ces lecteurs se retrouvent ici pour discuter livres et digresser joyeusement sur d’autres sujets.

L’assemblée est cette fois constituée de six filles et quatre garçons de 11 à 17 ans et demi (le demi semble être important !). De jeunes ados d’horizons différents donc, mais tous réunis pour parler d’un sujet peu abordé avec les amis de leur âge : les livres.

Une libraire est également présente pour accompagner nos ados, Véronique Durand, rayon ados chez Mollat.

 

L’ambiance est au début plutôt timide, elle prend donc la parole et présente le premier livre de l’après-midi.

Il s’agit de Frangine, de Marion Brunet. Véronique précise qu’il s’agit d’un sujet d’actualité.
 
club-ados-image-1.jpg

Prise au dépourvu à son retour de vacances par les libraires du rayon qui voulaient connaître son choix pour la présentation d’aujourd’hui, elle a décidé de présenter cet ouvrage car c’est son dernier coup de cœur. Or ce livre tombe en plein dans l’actualité qui secoue la France aujourd’hui, au point d’en arriver à voir des députés en venir aux mains en pleine assemblée nationale, puisqu’il traite en effet de l’homoparentalité.

Véronique précise alors de sa voix douce et posée que ce n’est pas un livre polémique mais surtout l’histoire d’un frère et d’une sœur. Frangine raconte en effet l’arrivée au lycée d’une jeune fille habituée au cocon protecteur de sa famille formée de deux mamans et un grand frère. Son arrivée au lycée bouleverse sa vision du monde et elle interroge son grand frère : «  à quel moment as-tu quitté le monde des bisounours ? »

Habituellement très protégée par des parents qui ont conscience de leur différence, la jeune fille se retrouve malmenée à son entrée au lycée et sombre peu à peu dans la dépression.

Elle reproche alors à ses parents de lui avoir imposé sa différence. Bien que positionné, le livre traite en réalité d’un sujet plus universel qui est celui de l’héritage des parents et de la difficulté de se positionner par rapport à un bagage constitué malgré soi dès la naissance.

Véronique nous lit les premières pages. L’écriture est pleine d’humour.

Les ados écoutent attentivement et ne se prêtent pas aux jeux des plus grands, ils ne débattent pas de la question et notent simplement le titre sur leur calepin à conseil de lecture.

 

Il est alors temps de passer au livre suivant et c’est Éléanore qui nous présente son coup de cœur. Je suis d’abord très surprise par son langage très réfléchi, posé, l’expression est particulièrement claire ; on a l’impression d’entendre un critique chevronné. Elle nous présente cet après-midi L’éducation d’une fée de Didier Van Cauwelaert.
 

 club-ados--image-2.jpg

Nicolas, jeune adulte, est un batifoleur qui passe d’une femme à l’autre jusqu’au jour où il rencontre Ingrid et son fils pour lesquels il aura immédiatement le coup de foudre. Ils vivront ensemble cinq ans, jusqu’au jour où Ingrid le quitte soudainement, lui expliquant qu’elle l’aime encore mais qu’ils ne peuvent pas rester ensemble. À partir de là, pour échapper à sa douleur et aux reproches qu’il ne cesse de se faire, Nicolas décide de s’inventer une vie extraordinaire. Il va donc régulièrement au supermarché remplir des caddies d’objets improbables (la canne à pêche sera au cœur des interrogations de nos adolescents !), passant toujours à la même caisse, espérant que la caissière sera persuadée qu’il vit une vie hors du commun. Ces deux personnages finiront par se parler pour créer une histoire d’amitié qui aidera Nicolas à se remettre en question.

Eléanore choisit de nous lire le passage de la lettre écrite par le héros pour le jeune garçon au moment où il apprend qu’Ingrid le quitte et qu’il doit partir. C’est un beau texte ; les ados semblent convaincus mais pose une question :

« Pourquoi ce titre ? » Eléanore nous explique alors que le petit garçon au milieu de cette histoire de couple a toujours été éduqué dans un monde merveilleux et quand il rencontre un jour la caissière, amie de son beau-père, il est persuadé qu’elle est une fée et qu’elle va l’aider à réunir ses parents.

Les ados connaissent l’auteur et rebondissent sur ses autres titres, Eléanore finira par prêter son livre à sa voisine.

 

C’est ensuite Léa qui prendra la parole pour nous présenter Bride Stories, manga (seinen) de Kaoru Mori.

 club-ados--image-3.jpg

 Plus timide, moins prolixe qu’Éléanore, elle nous résume l’histoire en quelques mots. Il s’agit d’une jeune femme d’environ vingt ans qui se retrouve mariée avec un garçon d’un autre clan âgé de seulement douze ans (l’histoire se passe en Asie centrale au XIXème siècle). Léa a aimé ce manga d’abord pour son dessin « magnifique » mais également pour apprendre les coutumes de l’époque (la chasse, les broderies) bien dépeintes dans ce manga. Elle nous explique que l’auteure est en effet « fan de l’Asie centrale » qu’elle a étudiée dans son parcours scolaire. La présentation est plus brève mais le livre circule parmi nos ados qui sont tous impressionnés par le dessin.

 

C’est ensuite au tour de Solène, pleine d’énergie, qui nous présente Comment bien rater ses vacances d’Anne Percin.
 

 club-ados--image-4.jpg

Elle parle vite, fort, et ne peut s’empêcher de rire en résumant cette folle histoire. Il s’agit en effet de Maxime qui décide de partir en vacances chez sa grand-mère dans la banlieue parisienne pour échapper à ses parents et avoir la belle vie (ordinateur toute la journée, pas de surveillance…) Or, tout ne se passe pas comme prévu. Sa grand-mère fait par exemple un malaise un après-midi où elle préparait sa confiture de fruits rouges. Maxime la retrouve dans une énorme marre rouge, glisse, s’en met plein les mains et les vêtements et se retrouve dehors, face à la police avec le sac de mamie dans les mains, et ce qui semble être du sang plein les vêtements. Solène nous lit alors l’extrait de son arrestation provoquant éclats de rire et commentaires des autres ados qui connaissent bien cet auteur.

Véronique intervient alors pour ajouter que l’auteur a sorti récemment un nouveau livre, Western Girl, qui se passe dans l’univers des chevaux mais garde l’humour de la série précédente.

 

Un garçon se lance ensuite, Anatole, qui nous présente aujourd’hui le tome 2 de Cherub de Robert Muchamore.


 club-ados--image-5.gif
Pourquoi le tome 2 ? Parce que le premier a déjà été présenté mais qu’il aime vraiment cette série et tient à en parler. Il est le plus jeune du groupe et est plutôt mal à l’aise pour s’exprimer. Il bafouille et est sans cesse coupé par les autres ados qui connaissent bien la série. Véronique remet un peu d’ordre et l’aide à nous raconter l’histoire. Cherub est une agence secrète d’enfants espions qui sont envoyés en mission lorsque les techniques traditionnelles pour arrêter les criminels ne fonctionnent pas. Ici, le héros a treize ans et s’infiltre dans un gang de dealers de drogue par l’intermédiaire des enfants des trafiquants avec qui il va lier une amitié pour se rapprocher du grand patron et le faire tomber. Anatole apprécie les romans d’espionnage mais précise qu’il trouve toutefois un peu dur de devoir trahir les amis que le héros se fait pour parvenir à ses fins.

 

Anselme enchaîne alors car il voulait également présenter Cherub mais cette fois le tome 15. Ici, le héros a changé mais le principe est le même. Il s’agit de s’infiltrer dans une famille dont le père fabrique une bombe nucléaire et qui doit être arrêté.

Le changement de héros survenu au volume 14 est alors débattu avec ceux qui pensent que ça ne devrait pas avoir lieu et ceux qui continuent d’aimer la série.

 

On passe ensuite à une toute autre présentation puisque Léonie prend la parole pour parler de Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh.
 

 club-ados--image-6.jpg

Elle a à la fois la version roman et la bande dessinée. Il s’agit ici de l’histoire de cinq sœurs, racontée en quatre tomes avec à chaque fois le point de vue de l’une d’entre-elles. Seulement quatre sœurs prennent la parole car la cinquième est plus âgée et remplace un peu leur maman dans la famille. Léonie apprécie ce récit qu’elle trouve touchant et « plein de charme ». De même elle trouve la bd bien adaptée du roman. Elle nous lit le début des deux puis fait passer la bande dessinée.

 

C’est au tour d’Esther qui nous présente aujourd’hui L’île au trésor de Stevenson. Seuls deux lecteurs de l’assemblée connaissent ce grand classique. Esther nous présente la version anglaise qu’elle lit actuellement et relève le défi d’en lire un extrait. S’ensuit un débat sur l’anglais qui exprime plus d’idées que le français en beaucoup moins de mots face au français plus poétique. Véronique recentre l’attention de nos lecteurs et passe à la présentation suivante.

 

Zoé sort alors son kindle et provoque la stupeur de nos ados peu habitués à ce format de lecture. Certains lui demandent même de ranger cet objet à grands cris de « mon dieu, quelle horreur ! ». Cet instant me rappelle alors l’iut et nos débats entre midi et deux. L’attachement au livre papier relève parfois du sacré !

C’est en réalité plutôt amusant car Zoé nous présente aujourd’hui, avec son livre de l’ère ultra-moderne, les Hauts de Hurlevent, d’Emily Brontë ! Elle l’a lu car « c’était gratuit » sur sa liseuse et « [elle] n’avait plus rien à lire ». Finalement cette lecture par dépit lui a vraiment plu même si l’histoire des personnages est « tordue ». Elle a trouvé le livre fort et d’un grand romantisme et le conseille vivement à ses camarades, notamment Solène, sceptique d’apprendre que l’on connaît la fin dès le début du récit. Les autres ados lui expliquent alors que tout l’intérêt réside dans le déroulement et que même si la situation des personnages à la fin de leur histoire est connue dès le début du récit, il faut en comprendre le cheminement. Solène semble peu convaincue et préfère écouter la dernière présentation.

 

Il s’agit de l’ouvrage de Jean Teulé, Le magasin des suicides.
 

 club-ados--image-7.jpg

Son lecteur nous explique que malgré le thème qui semble particulièrement noir, le livre est en réalité très cynique donc très drôle et plutôt positif avec en arrière-plan un message critiquant la société actuelle toujours tournée vers la morosité. Il nous en lit un extrait qui fera beaucoup rire les autres ados qui semble convaincus.



Les présentations s’achèvent alors et les adolescents débattent de choses et d’autres avant de sortir reprendre le cours de leurs vies, avec deux trois lignes de plus sur leurs calepins à conseils.

 

Ce club m’est apparu chaleureux et amusant avec des personnalités très diverses mais toutes réunies par la passion de la lecture. Parfois dérivant joyeusement sur des débats totalement étrangers aux livres (la question de la filière S moins bien que la filière L revenait régulièrement), ils tiennent néanmoins à pouvoir parler de leurs coups de cœur puisqu’ils trouvent peu d’écoute dans leur milieu habituel : leurs camarades de classe sont peu lecteurs et il est hors de question de lire les livres proposés par les parents ! Certains sont très à l’aise et font des présentations travaillées (Éleanore écrit par exemple de la poésie et a une aisance orale et un langage réfléchi) quand d’autres sont toujours très timides avec des présentations courtes et confuses. L’ambiance reste malgré tout toujours positive avec avant tout la passion de la lecture qui les motive à se retrouver régulièrement tous ensemble.


Karine, AS édition-librairie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine - dans jeunesse
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives