Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 07:00





Rencontre avec Liliane Giraudon (écrivain)
et Véronique Aubouy (artiste, réalisatrice)









Montaigne, Montesquieu, Mauriac et Proust revisités par la création contemporaine.


Dans la salle Albert Mollat, tous les sièges sont occupés et les oreilles attentives. En effet, la rencontre s'avère prometteuse. Comment s'immiscer dans la vie et l'œuvre d'un grand écrivain ? Comment poser sur lui un regard neuf, en esquisser un portrait nécessairement personnel, quand chacun est déjà tributaire d'images voire de clichés sur celles-ci ? Comment créer par-dessus la création existante et, pourtant, à travers celle-ci ?

Les deux artistes présentes en ce mercredi tentent, à travers des œuvres originales et personnelles, d'explorer ces questions, notamment en mettant, toutes deux, au centre de leur création, le ressenti du lecteur qui, seul, fait exister une œuvre.

« Tous les mots de la Recherche sont lus devant ma caméra », déclare Véronique Aubouy. Son projet cinématographique Proust lu prend racine en 1993. Obsédée par l'œuvre de Proust, qui a basculé sa vie et son art, la réalisatrice lui verse une sorte de tribut en parcourant le texte de la Recherche à travers des voix et des visages multiples. Selon elle, Proust instaure un lien particulier avec son lecteur, en l'interpellant. De même, il construit une œuvre qui parle de l'être humain et de l'âme et le propose à chacun comme un miroir.

Finalement, la force du projet très personnel (qu'elle dit « vitale ») de Véronique Aubouy se nourrit de la subjectivité des lecteurs : sa caméra capte le rapport qui s'instaure entre celui qui lit à haute voix et l'auteur de ces phrases. Comme elle l'explique, un livre persiste dans notre mémoire à travers la réalité physique de la lecture qu'on en fit : dans quelle pièce étions-nous ? Avec qui ? Par là, il existe à travers le temps. De ce fait, les lecteurs, filmés en plans-séquences (environ cinq minutes), nous donnent à ressentir le plaisir de la lecture, dans une multitude de variations qui animent l'image, en fonction du contexte ou de l'histoire de chacun. Pour Véronique Aubouy, il s'agit ici de faire émerger la personnalité des lecteurs, qu'ils soient célèbres ou pas, intimes de Proust ou néophytes, français ou étrangers, audibles ou non, afin de capter dans l'image les réactions que leur inspirent la découverte ou redécouverte de la prose si particulière de Proust.

À une lecture maîtrisée, la réalisatrice préfère une lecture brute, au ras du texte. Par là, elle épouse l'idée de Proust selon laquelle la phrase est fragile : une fois commencée, qui sait vers quoi elle va nous mener ? Le travail de Véronique Aubouy hésite alors entre la forme maîtrisée et le surgissement d'émotions que chacun apporte. D'où le plaisir d'observer à l'écran Proust chanté à la guitare par un anonyme, ou encore habité par la voix puissante de Kevin Cline.

La réalisatrice travaille à présent sur le tome quatre de la Recherche, « Sodome et Gomorrhe ». Elle sillonne le monde à la recherche de voix pour porter et faire vivre ce texte qu'elle aime. Une quinzaine d'années sera encore nécessaire pour venir à bout de l'œuvre. Malgré tout, Véronique Aubouy ne s'imagine pas se séparer de Proust, son projet s'intensifiant au fil des rencontres.

Elle propose aussi un projet similaire sur Internet, qui s'intitule "le Baiser de la matrice" : sur le site (du même nom), chaque personne intéressée peut se voir attribuer un fragment d' À la recherche du temps perdu, qu'il lira ensuite devant sa caméra et mettra sur la toile. Ici, Véronique Aubouy abandonne toute maîtrise. Son objectif ? Faire, qu'en dix minutes, chaque mot du texte de Proust soit prononcé, simultanément, par des internautes du monde entier. Finalement, depuis que ce projet existe (un an environ), soixante et quelque pour cent de l'œuvre ont été lus.

Ainsi, l'expérience formelle et clairement contemporaine de Véronique Aubouy nous prouve qu'un auteur (et son œuvre), aussi célèbre soit-il, se réinvente sans cesse dans l'esprit des hommes et peut rester une source d'inspiration et de plaisir pour chacun.

Chloé, Lysiane, Patricia et Romain, A.S. Ed.-Lib.




Lien




Véronique Aubouy, Proust lu






Partager cet article

Repost 0
Published by Chloé, Lysiane, Patricia et Romain - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives