Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 06:00

LE CORPS ÉCRIT

 

Ritournelles-2010.JPG

 

 

MERCREDI 24 NOVEMBRE

15 h
le corps écrit, une quête spirituelle ?
Rencontre et lecture
Mathieu Riboulet et Patrick Autréaux

 

 

Patrick Autréaux est psychiatre. Il découvre qu’il est atteint d’un cancer à 35 ans. Guéri, il s’étonne d’appartenir à la communauté des deux fois nés et publie Dans la vallée des larmes (coll. Blanche, Gallimard, 2009), puis Soigner (coll. L’Un et l’autre, Gallimard, 2010). La question du corps est au centre de son oeuvre.

 

Site de Patrick Autréaux.


Écrivain, Mathieu Riboulet a réalisé plusieurs films en autoproduction avant de se consacrer à l’écriture. Il a publié à ce jour neuf romans. Le plus récent : Avec Bastien, Verdier, 2010.


(vidéo Dailymotion  ici).


  Librairie Mollat

 

 

 

 

 

 

 

MERCREDI 24 NOVEMBRE

18h30
les axes de la terre
Vernissage & création
Trio poésie/Danse butô/Guitare / création

 

 

Avec : Jean Daive, Naomi Mutoh, Laurent Paris
Coproduction : Permanences de la littérature / Cie Medulla,
Texte : Jean Daive
Auteurs & interprètes :

Jean Daive (voix,lecture),

Naomi Mutoh (danse, improvisation),

Laurent Paris (guitare)



Ce trio poésie / danse / musique est réalisé d’après le texte de Jean Daive, Les Axes de la terre, publié aux éditions P.O.L (2001), présentant une série de villes associées à d’énigmatiques figures féminines. L’auteur lit de larges extraits de son texte. La danseuse chorégraphe accompagne sa lecture sans l’illustrer. La musique, composée par Laurent Paris du groupe électro rock Sipna, intervient en contrepoint. Trois présences fortes, qui se rencontrent, et qui fusionnent.

Mutoh.JPG

Naomi Mutoh et Spina dans Radix

Site mutualise.artishoc.com

 

 

Cette production est la suite et finalisation d’une collaboration qui réunit sur scène la danseuse-chorégraphe Naomi Mutoh, l’écrivain Jean Daive et le guitariste-compositeur Laurent Paris, initiée à l’occasion d’une commande du festival littérature en jardin 2010.

Poète et romancier, Jean Daive est aussi encyclopédiste, reporter, photographe, traducteur, homme de radio et directeur de revues. Son écriture en constante anamorphose est emblématique de notre modernité. Jean Daive a publié à ce jour plus de trente ouvrages et préside actuellement le Centre international de poésie de Marseille (« cipM »). 

 

 Jean Daive sur le site cipM.

 

Naomi Mutoh appartient à la génération de ces nouveaux danseurs contemporains qui, nourris de la danse butô, tentent de créer un lien entre traditions et modernités. Ses chorégraphies s’appuient sur les aspects techniques corporels du butô, mêlant des particularité du Théâtre Nô et l’énergie du Ki.

 

Naomi Mutoh sur le site cipM.


Compositeur chanteur et guitariste du groupe électro-rock-indus Spina, Laurent Paris tente d’opérer une synthèse créative et innovante entre, d’une part, l’image et le son, et d’autre part, l’homme et la machine. Tout au long de ses projets musicaux, le groupe Spina tente de créer une adéquation optimale entre l’univers vibratoire et organique du rock et celui, plus froid, des machines.

Laurent Paris / Spina : interview ici.

 

Les Axes de la terre sur Youtube.

  

 

 

Molière-Scène d’Aquitaine

33 rue du Temple
Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

T 05 56 01 45 66

Entrée libre

 

 

 

 

 

 

JEUDI 25 NOVEMBRE
 9h30 - 17h

le corps écrit
Journée de découverte et de réflexion

 
Avec : Jean-Marc Adolphe, Stéphane Bouquet, Jean Daive, Timothée de Fombelle, Chantal Lapeyre-Desmaison, Aurélie Loiseleur, Jean-François Munnier, Naomi Mutoh, Bernard Noël, Laurent Paris, Pascal Quignard, Mathieu Riboulet, Valérie Rivière.

 

Partant de l’écrit, il sera question de la place du corps dans la création littéraire contemporaine, de sa part visible, de l’engagement du corps dans la langue, dans l’écriture, de ses traces.
Questionnant la danse et la source du mouvement dans son rapport à la pensée, seront abordés les liens qu’entretiennent l’écriture et la danse dans les oeuvres d’écrivains et de danseurs chorégraphes.
« Liée toujours à la matérialité de mon corps, mon écriture, je le répète, progresse du j’écris ce que je vis au ce que j’écris me vit. »
Bernard Noël
Le Lieu des signes, réédition Lignes-Léo-Scheer, 2006


9 h 30
Accueil petit-déjeuner

10 h - 10 h 30
« Le corps écrit »
Présentation de la journée en présence des invités par Jean-Marc Adolphe

10 h 30 – 11 h
Lecture de Bernard Noël.

11 h – 12 h
La place du corps dans la création littéraire, de la matérialité du corps dans la langue.
Débat avec Aurélie Loiseleur, Bernard Noël et Mathieu Riboulet.

12 h – 12 h 30
Lectures d’Aurélie Loiseleur et de Mathieu Riboulet.

14 h – 15 h
Conversation « la danse, métaphore de l’impensable – du corps - …vers le fragment chez Pascal Quignard ».
Présentation par Chantal Lapeyre-Desmaison suivie d’une conversation avec Pascal Quignard.

15 h – 15 h 30
Échange autour de Les Axes de la terre.
Naomi Mutoh, Jean Daive, et Laurent Paris présentent leur expérience de trio poésie / butô /guitare.

15 h 30 – 17 h
Table-ronde : Du geste chorégraphique à la pensée. La danse, une écriture du corps ?
Avec les intervenants suivants : Stéphane Bouquet, Valérie Rivière, Timothée de Fombelle, Jean-François Munnier.

 

 


Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck

85, cours du maréchal Juin
Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

auprès de Permanences de la littératureaccueil@permanencesdelalitterature.fr

T 05 57 48 44 19
Entrée libre

 

 

 

 

 

 

VENDREDI 26 NOVEMBRE

18h30

bordo
De l’écriture au tango argentin
Carte Blanche à Judith Elbaz et Christophe Lambert

textes Judith Elbaz et Stéphane Marte


« Je suis invitée parce que je danse le tango et que j’écris. Je ne sais pas encore ce que je ferai. Je peux dire que bordo en espagnol veut dire je brode et qu’un tango très mélancolique parle du petit mouchoir brodé que tu m’as donné. Nous serons deux. On verra. »

 

Judith-et-Elbaz-et-Christophe-Lambert.jpg
 Judith Elbaz  est l’auteur de Colourful (P.O.L, 2003) et Le Mouvement en montagne (P.O.L., 2007). Elle a aussi réalisé des travaux vidéo (La Distance, Je vous suivrai partout) et chorégraphiques (Une autre paire de manches, Suspiras). Avec Christophe Lambert, elle danse et enseigne le tango argentin depuis plus de quinze ans. Ils cherchent ensemble à approfondir l’improvisation et l’écoute, essentielles à cette danse.

 

Interview de Judith Elbaz  ici.

 

 

Molière-Scène d’Aquitaine

33 rue du Temple
Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

oara@oara.aquitaine.fr

T 05 56 01 45 66

Entrée libre

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 27 NOVEMBRE

15h

la poétesse
Performance à deux voix / deux corps
Liliane Giraudon et Robert Cantarella

 

 

 

Performance à deux voix / deux corps
Liliane Giraudon & Robert Cantarella, d’après  La poétesse de Liliane Giraudon et Lettres de Sainte Catherine de Sienne.


Dans le cadre de l’exposition elles@centrepompidou, on demande à Liliane Giraudon de choisir une des salles pour y faire une lecture. Elle propose d’y associer Robert Cantarella. Sans se consulter, tous deux choisissent la salle où se trouve l’Aktionshose : Genitalpanik de Valie Export... Robert Cantarella y improvise une minimale installation.


Versés dans leurs oreilles, pour lui, un fragment des Lettres de Catherine de Sienne (la petite mystique nettoyeuse) et pour elle des morceaux de La poétesse (éditions P.O.L), seront restitués au public selon un système de lecture pentecôtiste.

Le travail d’écriture de  Liliane Giraudon situé entre prose (la prose n’existe pas) et poème (un poème n’est jamais seul) semble une traversée des genres. Entre ce qu’elle nomme « littérature de combat » et « littérature de poubelle », ses livres, publiés pour l’essentiel aux éditions P.O.L dressent un spectre accidenté. À son travail de « revuiste » (Banana Split, Action Poétique, If, Comptoirs de traduction de la Nouvelle BS…) s’ajoute une pratique de la lecture publique et de ce qu’elle appelle son « écriredessiner » …

 Robert Cantarella est comédien et metteur en scène. Il devient l’élève d’Antoine Vitez au Théâtre National de Chaillot à Paris. En 1987, il crée Inventaires de Philippe Minyana, puis avec cet auteur, met en scène sept de ses pièces.


À partir de 1989, il met en scène des pièces de Noëlle Renaude, Anton Tchekhov, Thomas Bernhard, Michel Vinaver… et dirige le Centre Dramatique National de Dijon. De 2005 à 2010, Robert Cantarella est co-directeur du Centquatre avec Frédéric Fisbach.

 

 

 

flanquées
Duo écriture / danse
Laura de Nercy et Emmanuelle Pagano
Production : Cie Concordan(s)e

 

 

 

 « Au sein du processus de création de «Toucher terre», pièce en solo, dernière étape d’une recherche sur la question du féminin et de l’intime, je choisis de rencontrer Emmanuelle Pagano, […] Le corps est au centre de son propos, un corps subi, pesant, un corps en transformation et c’est ce qui me touche. »
Laura de Nercy

« C’est sans doute parce que je me préoccupe très peu de mon corps que j’écris à travers lui. Comment regarder une femme dont le corps même est une écriture ? Où est mon corps quand j’écris ? Est-il posé ? Où se pose t-il ? J’écris assise. Laura pose t-elle son corps quand elle danse ? Où le pose t-elle ? »
Emmanuelle Pagano

Romancière,  Emmanuelle Pagano a été révélée par Le Tiroir à cheveux en 2005, et reçoit le prix Wepler 2008 pour  Les Mains gamines (P.O.L.).
La question du corps est au centre de sa recherche. Elle publie ses romans aux éditions P.O.L, dont son plus récent s’intitule  L’absence d’oiseaux d’eau, 2009.

Laura de Nercy aborde la danse aux côtés de Susan Buirge puis de François Verret. La danse africaine et le Butô lui permettent de poursuivre sa réflexion sur le poids du corps. Elle a été chorégraphe de la compagnie Roch in lichen avec Bruno Dizien. Ils ont développé ce que l’on nomme aujourd’hui la danse escalade. Depuis 2000, elle fait partie du groupe de recherche de Kit sou Dubois sur le corps en apesanteur.

 

 

Galerie Cortex Athletico

www.cortexathletico.com

20 rue Ferrère

Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

T 05 56 94 31 89

Entrée libre

 

 

 


 

 

SAMEDI 27 NOVEMBRE
16h   
chambres d’hôtels
Trois courtes pièces chorégraphiques

 

 

Interprètes : Orin Camus, Chloé Camus-Hernandez, Katia Noir, Stéphanie Pignon
Production : Cie Paul les Oiseaux, Valérie Rivière
Texte : Timothée de Fombelle

Dispositifs pour l’espace de la bibliothèque autour du triptyque chorégraphique de Valérie Rivière, à l’initiative de la Bibliothèque Municipale de Bordeaux.
Trois courtes pièces chorégraphiques
production Compagnie Paul les Oiseaux
interprètes Orin Camus, Chloé Camus-Hernandez, Katia Noir, Stéphanie Pignon
texte Timothée de Fombelle


Au beau milieu des rangées de livres de la bibliothèque de Bordeaux, un lit sera posé pour une rencontre particulière avec la danse autour de courtes performances dansées qui seront autant d’extraits du spectacle de Valérie Rivière. Les danseurs ouvrent des livres, les voix sont la musique et les lecteurs découvrent des corps dansant dans les mots.
Ensuite vient le temps de la rencontre avec Paul les Oiseaux : échange entre le public, la chorégraphe Valérie Rivière et les interprètes.

Artiste chorégraphe, Orin Camus a développé un physique athlétique et une qualité de puissance dans le mouvement. Il étudie la danse classique, tout en pratiquant aussi la danse hip-hop debout, ce qui lui permet de mieux appréhender la danse contemporaine. C’est au CNDC d’Angers qu’il parfait sa formation et aiguise son goût pour une danse contemporaine engagée physiquement.


Écrivain et dramaturge, Timothée de Fombelle a fondé en 1990 la Troupe des Bords de Scène, compagnie étudiante, pour laquelle il a écrit et mis en scène plusieurs pièces. Il a aussi écrit pour la radio (France-culture). Thimotée de Fombelle est particulièrement connu grâce à sa duologie, le roman Tobie Lolness, pour lequel il a reçu huit prix littéraires.


Chloé Hernandez est artiste chorégraphe. Elle intègre le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en 1999 et développe personnellement un travail de construction corporel au travers de la composition, de l’improvisation, du théâtre et de la danse hip-hop En 2001, elle crée le solo Cent fois le soir... , inspiré de Lettre d’une inconnue une nouvelle de Stefan Zweig.


Artiste chorégraphe, Katia Noir suit une formation de danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse à Paris (CNSMDP), qui lui décerne à l’issue de ce cursus, le premier prix mention très bien, option contemporain.

Elle intègre la compagnie Paul Les Oiseaux en 2000 dans la pièce 40 paysages fixes mis en mouvement, et intervient depuis, dans de nombreuses actions de sensibilisation menées par Paul les Oiseaux.


Artiste chorégraphe, Stéphanie Pignon se spécialise en danse contemporaine au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers, tout en se formant au théâtre, à l’expression vocale et au butô. Dès 2003, elle intègre la compagnie Block et steel à Amsterdam puis, la compagnie Régis Obadia comme interprète dans Réversibilité, Le Sacre du Printemps et Trois en 2006. Depuis 2008, Stéphanie Pignon a intégré la compagnie Paul les Oiseaux pour la création Ocean Air.


Chorégraphe de renom, Valérie Rivière a étudié la danse au Conservatoire National de Région de Bordeaux, puis à Monte Carlo à l’école de la Princesse Grace, et enfin à Bruxelles avec Maurice Béjart. En 1987, elle fonde, avec Olivier Clémentz, Paul les Oiseaux. Valérie Rivière est l’auteur d’une douzaine de pièces chorégraphiques, de performances et courts métrages. Sa dernière réalisation (2009-2010) est Chambres d’hôtels, 3 pièces chorégraphiques (Chambre 26, chambre 360, chambre 4), sur des textes de l’écrivain dramaturge Timothée de Fombelle.



Bibliothèque municipale de Bordeaux Mériadeck

85, cours du maréchal Juin
Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

auprès de Permanences de la littérature accueil@permanencesdelalitterature.fr 

05 57 48 44 19

Entrée libre

 

 

 

 

 

SAMEDI 27 NOVEMBRE
18H30
medea
Clôture & création
Duo littérature/danse

 

 

Avec : Pascal Quignard et Carlotta Ikeda
Coproduction : Permanences de la littérature/Cie Ariadone/iddac
Texte : Pascal Quignard


Duo écriture/danse / création
Carlotta Ikeda / Pascal Quignard
création musique Alain Mahé
coproduction Permanences de la littérature Compagnie Ariadone Iddac
coréalisation festival Faits d’hiver Théâtre Paris-Villette
En partenariat avec l’Office Artistique de la Région Aquitaine

 


La rencontre entre Carlotta Ikeda et Pascal Quignard, cristallisée autour de Médée, relève de l’évidence. Les oeuvres respectives des deux artistes partagent des thèmes fondateurs comme la naissance, le sexe et la mort, le retour aux origines, l’effroi, la danse des ténèbres…

 

Medea / de la passion à l’effroi

Danser l’amour, écrire la préméditation, incarner l’effroi… Le caractère complexe et contradictoire du personnage de Médée qui représente l’humanité à travers sa passion et l’inhumanité par ses actes, a inspiré de très nombreux créateurs, écrivains, musiciens, peintres metteurs en scène, cinéastes. Le projet de Carlotta Ikeda et Pascal Quignard traversera toutes ces variations.


L’image du volcan qui nous ramène à la première création de la chorégraphe, Mesu Kasan (Volcan féminin), sera au centre du projet.


Medea, le texte
S’inspirant de trois fresques représentant Médée, Pascal Quignard écrit sa version du mythe.

Après avoir étudié la danse contemporaine avec des proches de Mary Wigman et Martha Graham à Tokyo, la jeune Carlotta Ikeda découvre le travail de Tatsumi Hijikata, inventeur du butô. Cette nouvelle tradition chorégraphique, appelée également « danse des ténèbres », fait se côtoyer la vie et la mort, la présence et l’absence. La danseuse choisit de pratiquer de toute son âme cette danse fantomatique. En 1974, Carlotta Ikeda fonde sa propre compagnie, baptisée Ariadone. Sont alors créées les chorégraphies Zarathoustra, Utt, Himè, Chii Saaka, Waiting ou encore Haru no Sailen. En 1978, la chorégraphe entame une première tournée européenne avec le spectacle Dernier Eden qu’elle monte avec Ko Murobushi. Installée dans la région bordelaise depuis la fin des années 90, Carlotta Ikeda tente de tisser des liens avec les autres arts par le biais d’ateliers de butô ouverts aux artistes d’horizons divers.

 

 Carlotta Ikeda sur Youtube.

 

Pascal Quignard est l’auteur d’une oeuvre considérable (plus de cinquante ouvrages publiés) qui s’est illustrée dans tous les genres littéraires. Auteur d’essais sur la vie des grands artistes comme celle de Georges de la Tour, Pascal Quignard signe également des textes philosophiques parmi lesquels Le Sexe et l’effroi, Gallimard, 1994, La Haine de la musique, Calmann-Lévy, 1996. Également romancier, il se fait connaître du grand public avec Le Salon du Wurtemberg, Gallimard 1986, Les Escaliers de Chambord, Gallimard , 1989 et Tous les matins du monde, Gallimard, 1991, adapté au cinéma par Alain Corneau. En 2002, le prix Goncourt couronne le premier volume (Les Ombres errantes, Grasset), d’un vaste projet d’écriture intitulé « Dernier royaume », qui résume ses nombreux thèmes et condense tous les genres dans une oeuvre unique et sans fin.

 

Biographie de Pascal Quignard sur La République des Lettres.


Molière-Scène d’Aquitaine

33 rue du Temple
Réservation conseillée dans la limite des places disponibles

oara@oara.aquitaine.fr

T 05 56 01 45 66

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by littexpress - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives