Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 07:07

Robert-Walser-La-Rose.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert WALSER
La Rose
Die Rose (1925)
Traduit de l’allemand
par Bernard Lortholary
Gallimard,
Collection « L’Imaginaire », 1987
a également été publié
dans la collection « L’Étrangère ».


 

 

 

 

 

 

Robert-Walser.jpg

 

 

 

Biographie

 Wikipédia et/ou fiche de lecture de Retour dans la neige ( http://littexpress.over-blog.net/article-robert-walser-retour-dans-la-neige-68704493.html)



 

 

 

 

Œuvre

Ses premiers écrits (Les Rédactions de Fritz Kocher) sont publiés en 1904 mais Walser n’obtient pas le succès qu’il espère. Il vit avec son frère, Karl Walser, peintre à Berlin, et continue d’écrire.

Entre 1907 et 1909, il rédige ses trois seuls romans : Les enfants Tanner, Le Commis et L'institut Benjamenta. Il obtient un grand succès dans le milieu littéraire berlinois et recueille l'admiration des plus grands écrivains de l'époque comme Frantz Kafka.

Avant la Première Guerre mondiale, en 1913, il fuit Berlin pour retourner en Suisse. C’est à partir de ce moment qu’il n’écrira plus que de courtes nouvelles et des poèmes. Il le fera en restant en marge de la société et de la littérature en général.

Il écrivait également sur de petits bouts de papiers, entre 1924 et 1932 (il continue donc durant son internement). Ceux-ci ont été compilés puis traduits et publiés à titre posthume. Considérés comme illisibles à leur découverte, ils ont été déchiffrés, livrant de véritables chefs-d’œuvre. On retrouve ces microgrammes dans Le territoire du crayon.

Nouvelles et poèmes : Histoires, 1914, La Rromenade, 1917, La Rose, 1925.

Bibliographie complète sur  Wikipédia.



La Rose

Ce recueil, publié trente ans avant la mort de son auteur, est en fait le dernier ouvrage paru de son vivant. Édité dans la collection « L’Imaginaire » de Gallimard en 2009, il compte 156 pages.

La Rose est un recueil de 40 textes. On y trouve des portraits, des monologues, des dialogues, des essais… Les thèmes sont extrêmement variés mais on reconnaît à chaque fois l’écriture de Walser.

La Rose est le titre d’une nouvelle, une sous-partie de Conversations.

Les petits textes en prose de La Rose sont des observations de l’auteur sur le monde et les gens qui l’entourent. On pourrait également penser à de petits autoportraits.

Les sujets sont quotidiens, assez banals mais l’écriture de Walser les rend poétiques.

Dans ces petits proses, Walser ne s’attarde pas. Il a, d’après ce que j’ai pu lire, « l’art de piquer et d’effleurer », comme une rose. J’ai trouvé cette expression très juste. La fin de certains textes peut surprendre. Elle peut aussi frustrer. Elle nous laisse un petit goût d’inachevé, au début un peu amer, mais on finit par s’y habituer. Le lecteur est ainsi souvent surpris et se demande ce qui l’attend. Ce genre d’écriture est déroutant et peut en rebuter plus d’un mais d’autres critères font qu’on peut tout de même l’apprécier.

Tous les textes contenus dans ce recueil m’ont semblé différents. Même au sein d’une seule nouvelle, on passe d’un thème à un autre, d’un style à l’autre sans jamais perdre l’identité de l’auteur. Il a le don de passer du coq à l’âne mais cela reste agréable. Son écriture m’a fait penser à la peinture impressionniste. On a de petites touches de couleur, des points qui n’ont rien à voir entre eux mais qui forment un paysage, une identité.

J’avoue que j’ai été parfois perdue mais j’ai aussi ri.

Walser, (contre toute attente, mais je parle pour moi), manie l’humour et l’autodérision avec brio. Son écriture est délicate, raffinée, parfois naïve. Il peut également être ironique et critique sur la nature humaine et ses travers.

J’ai trouvé cette œuvre extrêmement musicale. La traduction est très bien menée dans le sens où on sent un véritable rythme, des jeux dans les sons, avec les mots. La forme prend alors autant d’importance, voire plus, que le fond et les textes prennent une tonalité différente.

La Rose a été une découverte littéraire que je conseille à tous. Je l’ai trouvée moderne, actuelle. Les thèmes abordés sont des thèmes intemporels, on y parle de sentiments, de vices humains et de littérature. Les petits textes peuvent parler à n’importe qui, ce qui donne à cet ouvrage sa grande richesse.


Julie, AS Éd-Lib.

 

 

Robert WALSER sur LITTEXPRESS

 

 

Robert Walser Retour dans la neige Zoé

 

 

 

Article de Magali sur Retour dans la neige.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives