Lundi 15 février 2010 1 15 /02 /Fév /2010 19:00





Roberto-Bolano-Le-Secter-du-mal.gif









Roberto BOLAÑO
Le Secret du mal

Titre original : El secreto del mal
traduction française : Roberto Amutio
Christian Bourgois, 2009













Roberto Bolano est aujourd'hui considéré comme l'un des écrivains contemporains le plus important en littérature espagnol et latino-américaine. Né à Santiago du Chili en 1953, il meurt à Barcelone en 2003, après 50 ans de vie chaotique. Fervent militant d'extrême-gauche, son engagement va rythmer et marquer sa vie. C'est encore jeune qu'il quitte le Chili pour Mexico ; il y reviendra pour soutenir le socialisme d'Allende, et assistera au coup d'êtat d'Augusto Pinochet. Il sera emprisonné mais pas torturé, et gardera un fort souvenir de cette expérience, qu'il résume par cette formule : « l'humour noir, l'amitié et le danger de la mort ». C'est en Europe qu'il choisira de fuir, vivant une vie de vagabond, de poète, jeune et libre. Fin des années 70, il s'installe en Espagne, se marie, vit de petits boulots tout en continuant d'écrire de la poésie, avant de passer aux romans. Il commence enfin à connaître le succès dans les années 90, une douzaine de romans, recueils, nouvelles, et s'impose comme un grand écrivain latino-américain, remportant même plusieurs prix dont le prestigieux prix Romulo Gallegos en 1999. On a retrouvé après sa mort plusieurs romans, comme 2666, et le recueil de nouvelles, fragments présenté ici : Le Secret du mal.

Ce recueil présente une vingtaine de fragments, dont deux textes de conférence, Dérives de la pesada, et Séville me tue.  Il s'agit de textes ou d'ébauches de textes retrouvés dans son ordinateur après sa mort, et l'éditeur nous explique dans une note préliminaire qu'il s'agit des derniers textes travaillés par l'auteur, probablement donc dans le but d'une publication, justifiant ainsi la sortie de l'ouvrage.

Ces textes ont une valeur assez différente les uns des autres, la seule unité de l'ouvrage étant le caractère inachevé de l'œuvre. Ainsi La Colonia lindavista, La Chambre d'à côté et Crimes sont les nouvelles qui ont l'air le plus travaillées, les plus abouties bien qu'inachevées. On y trouve une ambiance étrange, des personnages sortant assurément de l'ordinaire comme un prêtre nazi proche de l'Opus Déi, et un asile de fous. L'auteur raconte son histoire et intègre au récit une pièce renversant l'équilibre et la stabilité du quotidien. C'est à travers des faits anodins que le narrateur fait naître l'angoisse, renverse le réel mettant ainsi au jour sa fragilité.

Le Fils du colonel, Labyrinthe, et Muscles sont trois nouvelles assez abouties aussi ; on pense à des débuts de romans ; les personnages sont assez travaillés, et il est intéressant d'imaginer l'auteur au travail, faisant petit à petit naître ces personnages encore à l'êtat d'ébauches bien que prometteurs.

L'intérêt des autres textes semblent plus discutables, bien qu'on sente parfois que Bolaño reprend des personnages qui lui sont chers, et il est certain qu'un fervent lecteur de Bolaño aura plaisir à retrouver ces personnages. Certains textes, quelques pages, des portraits brefs, montrent clairement la genèse de ce qui aurait pu être de futurs héros de romans, ces textes sont d'ailleurs plus encore à l'êtat d'esquisse que d'ébauche.
Enfin on trouve dans ce recueil deux essais critiques, Dérives de la pesada et Séville me tue. L'auteur nous livre ici sa vision de la litterature latino-américaine, plus particulièrement argentine dans le premier. Bolaño, grand écrivain, est aussi un grand lecteur et nous le prouve ici en disséquant de façon assez acerbe ses contemporains et collègues auteurs.

L'intérêt éditorial de l'œuvre est donc assez discutable, car même si certains textes sont assez intéressants, même s'il est agréable de s'imaginer l'auteur au travail en train d'esquisser des débuts de romans, on reste frustré face à cette sensation d'inachevé qui n'était nullement le but de l'auteur.

.


Florian, 1ère année Ed.-Lib.


Lire aussi cet article sur Bartleby les yeux ouverts.



Roberto BOLAÑO sur LITTEXPRESS



couverture-bolano.jpg



Article d'Annabelle sur Des putains meurtrières
Par Florian - Publié dans : fiches de lecture 1A
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Derniers Commentaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés