Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 19:00
Robin Hobb Le soldat chamane 1








Robin HOBB,
Le Soldat chamane, t1, La déchirure

traduit de l'américain
par Arnaud Moussier-Lompré
Pygmalion, 2006
 J’ai Lu Fantasy, 2008




 











Imaginez-vous dans un univers médiéval et magique comme la fantasy sait si bien les créer,  art que Robin Hobb maîtrise parfaitement. Imaginez-vous face à un héros encore jeune mais tellement prometteur qu’il sauvera sûrement son pays. Imaginez des tensions politiques légèrement plus que sous-jacentes et une guerre de conquêtes qui risque de s’éterniser. Imaginez la maladie qui rôde. Imaginez les nomades et leurs cultes païens qui résistent face à la société qui veut les civiliser. Vous vous croyez dans un univers de fantasy classique ? Bien sûr ! À quoi vous attendiez-vous ?

Maintenant, essayez de passer outre l’histoire, outre la magie et les querelles de pouvoir. Essayez, et vous percevrez un message à la fois écologique et anti-colonialiste.

Écologique car comment la terre et sa beauté  survivront-elles si l’homme s’acharne à détruire la nature pour construire des villes ? Comme le dit l’auteur, « ils avaient perdu le sens de la mesure ; l'homme ne pouvait plus réfréner l'homme : il faudrait la puissance d'un dieu pour le mettre en échec – mais il massacrait sans même s'en rendre compte leur seul dieu qui eût pu avoir la force nécessaire. »

Anti-colonialiste parce que, si vous remplacez les  nomades par les indiens d’Amérique et la classe dominante par les colons européens, je pense que la comparaison est flagrante. Difficile de ne pas aimer le nomade qui ne veut que sauver son peuple. Difficile de détester le père du héros, plein de bons sentiments et persuadé de rendre service aux « sauvages » en les civilisant. Difficile de ne pas comprendre les doutes et interrogations du personnage principal, tiraillé entre ces deux cultures. La rigidité contre le laisser-aller. La logique contre le rêve. Difficile de ne pas se sentir proche d’eux tous à la fois, personnages tellement humains aux questionnements si semblables aux nôtres.

Et si raconter l’histoire d’un autre monde ne servait qu’à mieux nous montrer le nôtre ?


Loriane B., 2e année Ed-Lib.

Partager cet article

Repost 0
Published by Loriane - dans fantasy
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives