Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 07:00

Rushdie-Enfants-minuit.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

Salman RUSHDIE

Les Enfants de Minuit

(Midnight's Children)
traduction française

par Jean Guiloineau
parution en 1981 au Royaume-Uni

chez Jonathan Cape
parution en 1983 en France

Stock, 1983

Plon, 1997

Livre de poche, 2000

Folio, janvier 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'auteur

 

Salman Rushdie est un auteur de renommée internationale. Il est né à Bombay en 1947 mais a vécu au Royaume-uni dès l'âge de 14 ans. Il repartira plusieurs fois en Inde à l'âge adulte mais bénéficie plus de l'influence occidentale lors de sa scolarité et de son éducation. Il a un regard extérieur sur son pays d'origine ce qui est primordial pour comprendre son oeuvre. Tous ses romans traitent de l'Inde mais le point de vue est externe.


Le premier texte de Rushdie , Grimus, paraît dans les années 1970. Puis en 1981 Les enfants de Minuit est édité au Royaume-Uni. Ce long roman a du succès dès sa sortie. Il remporte de nombreux prix littéraires dont le Booker Prize. Il s'agit d'une oeuvre très complexe pour un premier roman. L'auteur fait preuve de grandes qualités littéraires dès son premier texte important. Par la suite il publiera de nombreux romans.


L'événement le plus lourd de conséquences dans la vie de l'auteur est la parution en 1983 de son roman les Versets sataniques. Cette oeuvre va bouleverser la vie de l'auteur et le monde littéraire tout entier. Dans son récit, Rushdie trace le portrait d'un prophète musulman avec des propos sataniques ! Horreur ! Les réactions du monde musulman seront très vives et radicales. L'ayatollah Khomény lance en 1989 une
fatwa et réclame la mort de l'auteur ! Le livre est banni des librairies dans de nombreux pays. Les traducteurs japonais, italien et turc sont assassinés. Des attentats dans des librairies ont lieu même aux Etats-Unis, pays réputé pour son « melting pot » culturel... Le personnage de Salman Rushdie prend une dimension religieuse, voire politique, qui partage le monde entre musulmans et défenseurs de la liberté d'expression. Cet auteur d'origine indienne n'hésite pas à critiquer le système et la religion de son pays d'origine. Son éducation occidentale et ses origines orientales ont donné lieu à une œuvre très singulière et un regard unique sur l'Inde.

 


Le roman


Acceptez de vous laisser emporter dans cette longue épopée... Prenez votre souffle, coupez le portable, la radio, un thé chaud à proximité et embarquez. Ce n'est pas un roman à lire à la va-vite. Il faut vous préparer à être secoué, perdu et ballotté au gré des événements et des rebondissements. En effet, comme par un fait exprès, l'auteur mélange le réalisme magique, la saga familiale, l'histoire de l'Inde, l'humour et les sentiments... Tout est farfelu, flou et compliqué, très, très compliqué. Il faut accepter de laisser filer le récit et d'en perdre parfois (souvent) le fil. L'important est d'arriver à la fin. Sain et sauf. Enrichi et ébahi. Á mon avis le but de l'auteur est vraiment de perdre le lecteur dans ce chaos qui doit correspondre à l'image de l'Inde qu'il veut nous faire parvenir. Plutôt que d'user et d'abuser de descriptions sur le mode occidental, Rushdie confronte le lecteur à la réalité si incompréhensible soit-elle.


Livre 1: un médecin tombe amoureux de sa patiente (quoi de plus banal??) qu'il ausculte au travers d'un drap troué (déjà c'est moins évident). Tous deux donnent naissance à de nombreux enfants dont une fille noire. Cette demoiselle, après une aventure malheureuse avec un homme caché dans la cave de la maison familiale, se marie avec Ahmed Sinaï. Ils partent tous deux vivre à Dehli.


Livre 2: 15 Août 1947, suite aux prédictions des voyants, Saleem Sinaï (héros ou anti-héros??) nait à minuit pile et devient donc le chef de file de l'association des enfants de minuit tous dotés de pouvoirs magiques. Il est moche et, comble de l'affaire, n'est même pas le vrai fils de ses parents ! Mary la sage-femme l'a échangé avec Shiva, un autre bébé...le futur ennemi ! La famille Sinaï suit sa destinée tant bien que mal entre les maladies et l'alcoolisme du père, les idées extravagantes de « singe de cuivre », la soeur de Saleem et la vie cachée d'Amina (la maman de Saleem).


Livre 3: Toute la famille a émigré au Pakistan et est décimée lors d'attentats. Saleem, abandonnée par sa sœur devenue chanteuse se trouve enrôlé dans l'armée. A la fin de la guerre il rejoint les enfants de minuit, se marie avec Parvati la sorcière et endosse le rôle du père pour l'enfant qu'elle porte...


Ce résumé très très réducteur ne relate pas toutes les péripéties qui rythment les 700 pages de ce roman. L'important est de prendre ce récit comme un tout. Une histoire très complète avec un début et une fin qui fait de Salman Rushdie un auteur qui a su construire une oeuvre intelligente avec des clés, des coins et des recoins tout en restant léger, humoristique et sentimental. Ce chaos dépeint l'Inde et la génération de l'indépendance qui apparaît différente de ses parents, perdue et ballotée dans ce monde nouveau que personne ne semble comprendre, pas même ceux qui sont en train de la vivre. Je pense que l'auteur cherche comme l'a fait sa nourrice pour le délicieux chutney, à mettre l'Inde dans une conserve. Les Enfants de Minuit ce n'est pas le récit de l'Inde après son indépendance, C'EST l'Inde en 700 pages. Difficile exercice que de traduire un pays avec des mots et des phrases sans pour autant être superficiel et loin de la réalité. Rushdie a essayé une nouvelle méthode. Il a réussi. Il faut simplement accepter de lire quelque chose de différent sans abandonner... Courage,  vous n'en sortirez pas indemnes !


Annabelle Giraudeau, 2e année édition-librairie

 


 

Salman RUSHDIE sur LITTEXPRESS

 


Rushdie Enfants minuit

 

 

 

 

articles de M.F. D. et de E.S. sur Les Enfants de minuit.

 

 

 

 

 

l-enchanteresse-de-Florence.gif

 

 

 

 

article de Marianne sur L'Enchanteresse de Florence 

Partager cet article

Repost 0
Published by Annabelle - dans Réalisme magique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives