Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 10:00

SARNATH-BANERJEE-CALCUTTA.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sarnath BANERJEE
Calcutta

 traduit de l'anglais

par Claro

Denoël Graphic, 2007


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUI ?

Original et prometteur, Sarnath Banerjee est l'un des rares jeunes auteurs de bande dessinée indiens reconnus. Il illustre des ouvrages et crée des story-boards. Sarnath Banerjee côtoie aussi bien la culture occidentale qu’orientale. En 2004, paraît son livre Corridor en Inde, considéré comme le premier roman graphique indien. En 2006, Sarnath Banerjee était invité au Festival d'Angoulême.


QUOI ?

Il était une fois un homme qui écrivait l’histoire des autres… Il n’écrivait pas ce qui allait leur arriver, il écrivait ce qu’ils avaient fait et que les autres ne devaient pas savoir. Il consignait toutes ces histoires dans un livre. Un témoin indirect. Tant de secrets pour un seul homme… mais toute vérité n’est pas bonne à dire ; sans doute est-ce pour cela qu’il l’écrit… ?

Les hommes partent, mais le papier reste. L’écriture est éternelle tant qu’on veut la conserver… et les hommes conservent les secrets. Les secrets des autres…  mais des secrets tout de même. On veut tout savoir des autres, mais que personne ne sache rien de nous ! Au final tout le monde sait tout, mais personne ne dit rien… mais qui écrit ce qui reste non-dit à Calcutta au XVIIIe siècle? Abravanel Ben Obadiah Ben Aharon Kabariti.

Mais lui, qui est-il ? On ne sait rien à part qu’il écrit les histoires à scandale des autres dans les Tribulations du chat-huant.


« Ceux qui parlent des autres à cette époque sont des traîtres, on ne les laisse pas parler ou on les tue ! Comment peut-il tout raconter sans que personne ne lui dise rien ? »
 Calcutta-01.jpg

 


… IL NE PARLE PAS, IL NE RACONTE PAS, IL ÉCRIT !

« Espionne-t-il les autres ? Est-il à l’affut de tout événement croustillant à mettre dans son livre ? »

Non, ce sont les autres qui viennent à lui. Ils viennent à lui car ils ont besoin de lui et parce qu’il ne parle pas.

« Mais il écrit ! »

Personne ne sait cela. Le fait d’écrire n’est pas inscrit sur le visage.

« Et qui le lit ? »

Son écriture est silencieuse. Il écrit ce que tout le  monde sait, mais que personne ne dit. Il écrit ce que tout le monde pense, mais que personne n’exprime. Il écrit aussi ce que tout le monde ignore mais imagine. Son écriture est silencieuse et criante à la fois.

« Pourquoi écrit-il ? »

A-t-on besoin d’une raison pour parler des autres ? Pourquoi donc en faudrait-il une pour écrire sur les autres ?

« Où est-il ? »

A Calcutta… Une ville sur laquelle on ne pourra jamais cesser d’écrire tant il y a de chose à dire, à découvrir, à cacher, à rêver...

« Quand est-il mort ? »

Lis Calcutta et tu comprendras qu’on ne peut pas répondre à toutes les questions, lis Calcutta et tu verras…



Marina P., 1ère année Bib

Partager cet article

Repost 0
Published by Marina - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives