Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 07:00

thierry-murat-les-larmes-de-l-assassin.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thierry MURAT
Les Larmes de l'assassin
Futuropolis 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un roman, une adaptation, un roman graphique

Les Larmes de L’assassin est un parfait exemple de roman graphique, pas vraiment une bande dessinée mais pas non plus un roman. Il n’y a pas de « bulles » à proprement parler, le texte est imbriqué dans l’image. Pourtant il y a des vignettes, clairement délimitées. L’adaptation est réussie, les lecteurs ayant aimé le roman ont adoré le roman graphique. L’adaptation est fidèle et complète puisque Thierry Murat l’a faite en collaboration avec l’auteure du roman d’origine.

thierry-murat-les-larmes-de-l-assassin-03.jpg
anne-laure-bondoux-les-larmes-de-l-assassin.gif
Au départ, un roman

Un roman d’Anne-Laure Bondoux, une histoire poignante sur un assassin qui décide d’arrêter sa cavale et de se poser dans une maison isolé, la dernière avant le désert. Une maison habitée par un couple et un enfant ; il tue le couple mais ne peut se résoudre à tuer l’enfant. L’assassin prend alors la place du père et une étrange relation se forme entre le gamin et l’assassin, entre l’innocence et la violence.



Le graphisme

L’auteur, Thierry Murat, a retranscrit le contexte du désert avec justesse, en utilisant surtout des couleurs ocres. On sent la difficulté d’habiter là-bas et on ressent la chaleur grâce à ses couleurs fortes qui inondent les images. C’est un graphisme dépouillé de tout décor ; bien souvent, il n’y a que la terre qui supporte les protagonistes.

thierry-murat-les-larmes-de-l-assassin-02.jpg

L’analyse

Le syndrome de Stockholm est dans toutes les têtes lorsqu’on lit cette œuvre ; cependant le livre ne s’arrête pas là. On finit par comprendre les agissements des protagonistes. L’évolution des deux personnages est intéressante, chacun apprend de l’autre. Avec à la fois une horreur contenue, puisque le gamin s’attache à l’assassin de ses parents, mais aussi avec tendresse car au fond il n’a plus que lui. Le texte précise d’ailleurs qu’il  qu’il était « né de la routine du lit de ses parents », ce qui laisse supposer qu’il n’était pas tellement désiré ni aimé.


Laura, 2e année éd.-lib. 2011-2012

 

Lien

 

Site de Thierry Murat

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Laura - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Thierry Murat 06/07/2014 13:43

Non... Pas du tout. Je n'ai pas fait cette adaptation "en collaboration avec l'auteur du roman d'origine". C'est une libre adaptation. Anne Laure Bondoux l'auteure, du roman, m'a donné carte
blanche pour faire mon livre à partir du sien. j'espère avoir été à la hauteur de ce magnifique cadeau qu'elle m'a fait... Voilà Tout.

Recherche

Archives