Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 07:00

 

kelly-batisseurs-empire.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas KELLY

Les Bâtisseurs de l’empire
Empire Rising (titre original)

traduction de Pierre Bondil
Editions Rivages
Collection Thriller

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 
Thomas Kelly est un écrivain américain d’origine irlandaise né en 1961. Avant d’être écrivain, Thomas Kelly fut ouvrier sur les chantiers de New York et c’est sûrement cet élément biographique qui lui fournit les détails qui nous font plonger de manière réaliste au cœur du monde ouvrier new-yorkais des années 1930.
 
L’histoire se déroule à New York en 1930. Elle commence au début de la construction de l’Empire State Building et finit une fois l’immeuble achevé. On est presque un an après la crise financière de 1929, et alors que l’on commence à en voir les effets dans les rues avec le chômage et la pauvreté, l’Empire State Building, à l’époque le bâtiment le plus haut du monde, apparaît comme un étalage de richesse et de puissance.


En 1930, on est également en pleine période de Prohibition qui permet à la pègre, dominée par les Irlandais, de se développer et de s’enrichir. Le roman montre également à quel point la corruption est présente dans toutes les sphères de l’administration new-yorkaise, du plus petit employé administratif, de la police jusqu’au maire lui-même. Pour obtenir des chantiers dans New York que ce soit de métros, de bâtiments et notamment celui de l’Empire State Building, il faut verser des pots de vin qui sont de plus en plus élevés.


Les personnages de Thomas Kelly évoluent dans ces quartiers qui se dégradent de jour en jour, où la corruption et la crise accablent les familles mais alimentent les organisations mafieuses.
 
Les trois personnages principaux du roman appartiennent à la communauté irlandaise. Le premier est Michael Briody. Cela fait peu de temps qu’il est arrivé à New York et il a réussi à se faire embaucher sur le chantier très convoité de l’Empire State Building grâce à un de ses amis proches de la pègre.


C’est un homme marqué par la violence et les souffrances qu’il a côtoyées au sein de l’armée britannique puis comme agent de l’IRA. S'il vient à New York, c’est pour continuer à servir l’IRA aux côtés des nombreux agents qui ont fui l’Irlande pour l’Amérique. Par son engagement il évolue donc dans la mafia irlandaise pour récolter de l’argent et des armes à envoyer en Irlande.


Le deuxième personnage est Johnny Farrell. Contrairement à Michael, il grandit dans le Bronx au milieu des immigrants irlandais. Il étudie le droit, monte plus ou moins honnêtement les échelons de l’administration new-yorkaise et devient le « conseiller politique » du maire Jimmy Walker. Sous cette appellation de conseiller politique, il organise en réalité la corruption new-yorkaise, récolte et distribue pour le maire tous les pots de vin. Il est le lien entre les politiques et les différents groupes mafieux, ce qui lui permet d’avoir un contrôle sur toute la ville et de tenir à l’écart les autres groupes mafieux, surtout les Italiens.
   

Le troisième personnage est une femme, Grace Masterson ; c’est la maîtresse de Johnny Farrell. Elle va commencer à déposer de l’argent pour lui dans différentes banques et donc se trouver plongée pleinement dans cet univers d’alliances, de violence et de trahisons.
 
Toute cette organisation qui était jusque là très bien rodée va peu à peu s’effriter. La peur des espions anglais va détruire petit à petit le mouvement de libération, la mafia italienne compte bien mettre la main sur l’argent brassé par le trafic d’alcool et ainsi diriger la mafia new-yorkaise ; les citoyens et les médias commencent à dénoncer cette corruption qui gangrène la ville.


Si, jusque là, Grace et Michael étaient protégés par leurs relations avec la pègre, leur aventure et leur désir d’échapper à ce monde violent vont les exposer très concrètement au danger.
 
Les Bâtisseurs de l’Empire, avant d’être un thriller, est un roman qui nous ouvre les portes d’un des chantiers les plus impressionnants et les plus passionnants du XXe siècle. Grâce à une écriture fluide et à des descriptions très détaillées, on découvre
très concrètement la vie d’ouvrier et le New York des années 1930.


La construction du roman est à l’image de ce monde de mafia et de corruption : cette impression de contrôle total alors que tout s’écroule sournoisement. Thomas Kelly nous délivre des scènes de deux ou trois pages où la violence, d’un meurtre ou d’une trahison, nous apparaît alors distinctement et nous éclaire sur la complexité des relations entre les différents acteurs de cet univers.
 

 
Charlotte, 2e année Éd-Lib.
 

Autre traduction de Pierre Bondil.


 

Thomas KELLY sur LITTEXPRESS

 

kelly batisseurs empire

 

 

 

 

article de Marie-Cécile sur Les Bâtisseurs de l'Empire


 

 

 


kelly01.jpeg.jpg 





  fiches de Manon et de Steffi  sur Le Ventre de New York

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives