Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 07:00
Tito Topin Photo Finish











Tito TOPIN
Photo finish

Rivages Noir, 2008











Biographie et actualité de l’auteur sur : http://www.titotopin.com


Valentine et Christian atterrissent à Casablanca où ils n'avaient pas remis les pieds depuis quarante ans. Partis sur les traces de leur passé, ils cherchent à élucider la mort d’un de leurs amis, André. S’est-il suicidé comme on le pensait à l’époque ? Quelqu’un l’a-t-il exécuté ? C’est grâce à d’anciennes connaissances, et en retournant sur les lieux de leur jeunesse, que Valentine et Christian vont lentement arriver à éclaircir le mystère de cette mort.

On découvre dans cette histoire le personnage complexe d’André, que font revivre tour à tour les souvenirs des protagonistes. Manipulateur, désabusé, imaginatif et cynique, ce fantôme dont tout le monde parle nous intrigue de page en page. Sur un fond d’histoire – l’indépendance du Maroc –, traitant de la solitude, de la passion, de la révolte et de la mélancolie, Tito Topin nous propose un récit clair et entrainant.

Je dois reconnaître l’ingéniosité du scénariste Topin – c’est à lui que l’on doit la naissance du commissaire Navarro – qui mêle narration pure et longs monologues : chaque personnage (le plus souvent Valentine et Christian) se rappelle l’époque à laquelle est mort André et les circonstances de son décès. Au lieu d’imposer de trop nombreux dialogues qui auraient étouffé le récit, Tito Topin donne, pour chaque chapitre, la parole à un personnage. Ainsi, le lecteur prend la place de Valentine et Christian, et, le temps d’un flash-back, devient lui-même l’enquêteur de l’histoire. Pour résumer, nous avons l’impression d’être avec les personnages, de les écouter nous raconter leur passé. Il arrive souvent que des souvenirs se croisent et c’est un peu au lecteur de démêler le tout et de faire des hypothèses. Nous proposant des détails, des fausses pistes, des indices divers, Tito Topin joue avec le lecteur.

Notons que ce livre renferme de nombreux thèmes : comme dit plus haut, la jeunesse, la révolte, la passion. Mais Tito Topin s’implique pleinement en traitant du Maroc des années soixante – c'est-à-dire celui qu’il a connu lui-même dans sa jeunesse. Les descriptions prennent alors une autre valeur car on peu s’imaginer la trace du vécu derrière de nombreuses lignes. Le thème du souvenir nous apparaît alors comme une évidence. Si Valentine et Christian reviennent à Casablanca et fouillent les souvenirs de leur jeunesse, Topin aussi effectue ce voyage, à travers une histoire passionnante.

Adrien, 1ère année Ed.-Lib.



Tito TOPIN sur LITTEXPRESS



tito topin parfois je me sens comme un enfant sans mere



Article de Marina sur Parfois je me sens comme un enfant sans mère.
   
 


Partager cet article

Repost 0
Published by Adrien - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives