Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 07:00

Ueda-Akinari-Contes-de-pluie-et-de-lune.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

Ueda Akinari
Contes de pluie et de lune

Titre original

Ugetsu Monogatari

traduit, présenté et annoté

par René Sieffert
Éditions Gallimard
Collection Connaissance de l’orient, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brève présentation de l’auteur

Ueda Akinari est né en 1734 dans un quartier de plaisir. Sa mère l’abandonne alors qu’il a quatre ans, mais un marchand le trouve et, n’ayant qu’une fille, décide de l’adopter afin de faire de lui son héritier. Son père adoptif, marchand de papier et d’huile, décide de lui apprendre à lire et écrire. Peu de temps après son adoption il contracte malheureusement la variole qui lui laissera des séquelles : plusieurs doigts paralysés qui laisseront penser pendant longtemps qu’Akinari sera incapable de tenir un pinceau. Grâce à des efforts acharnés, il parvient à écrire, mais n’aura pas une belle calligraphie.

À la mort de son père, il reprend le travail de celui-ci et devient à son tour marchand. Mais n’étant pas très doué dans ce domaine, il préfère écrire en dehors de son travail des haikai (courts poèmes de trois vers) et des Ukiyo-Zôshi (« récits du monde flottant », genre considéré comme frivole, voire grossier à cette époque, mais très apprécié également), qui le rendront célèbre.

Lorsque sa maison brûle, il décide d’arrêter la profession de marchand et dédie tout son temps à l’écriture. Il publiera en 1776 l’Ugetsu-Monogatari (Les Contes de pluie et de lune), qu’il aura mis huit ans à écrire. Il écrira également le Harusame-Monogatari (Les Contes des pluies de printemps), qui ne seront pas terminés avant sa mort en 1809 à Kyôto (capitale du Japon à cette époque).



Les contes

Contes de pluie et de lune est un recueil de neuf contes, dont certains sont inspirés de contes chinois. Ils traitent tous de fantômes qui apparaissent devant les humains et des différentes formes qu’ils empruntent. Le recueil est ainsi nommé car, selon les superstitions japonaises de cette époque, on avait de fortes chances d’apercevoir un fantôme dès la tombée de la nuit lorsque le ciel était pluvieux.

« Shiramine »
« Le rendez-vous aux chrysanthèmes »
« La maison des roseaux »
« Carpes telles qu’en songes … »
« Buppôsô »
« Le chaudron de Kibitsu »
« L’impure passion d’un serpent »
« Le capuchon bleu »
« Controverse sur la misère et la fortune »

Tous ces contes mettent en scène des fantômes et sont racontés avec beaucoup de détails et de références historiques sur le Japon. Même les contes inspirés de la Chine reprennent un peu l’histoire du Japon et des grands personnages qui ont marqué leur époque. Dans chaque conte, on retrouve toujours tout d’abord une description de l’environnement dans lequel évolue le personnage, l’époque et les noms (souvent proches de ceux de personnages historiques ou de leur surnom), puis une description du paysage. Dans « Shiramine » on est directement plongé dans une description du paysage d’Ôsaka et de ses environs.

On y trouve toutes sortes de fantômes, des esprits des montagnes, des femmes-serpents, des hommes-poissons, des esprits de l’or, ou encore les esprits des défunts. On ne retrouve pas l’esprit-renard dans ce recueil car Akinari a toujours respecté le dieu renard Inari à qui il dédié sa guérison de la variole.



Mon impression

J’ai beaucoup aimé ce recueil ; les contes sont distrayants et pleins de références historiques pour ceux qui aiment le Japon. Cependant, si on veut les lire non pour se détendre mais pour le côté historique, on peut s’y perdre (surtout dans les noms) car les références sont nombreuses et complexes ; elles appartiennent généralement à une période très précise d’une année ou deux. Cependant, les commentaires des contes et les notes à la fin du livre permettent une compréhension relativement rapide des différentes histoires, tout comme l’introduction du traducteur qui replace le livre dans son contexte historique.


Laureline, 2e année Éd.-Lib.


Partager cet article

Repost 0
Published by Laureline - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives