Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 07:00

Vassili-Golovanov-Eloge-des-voyages-insenses.gif

 

 

 

 

 

 

 

Vassili GOLOVANOV
Éloge des voyages insensés
traduit du russe
par Hélène Châtelain,

 Denis Dabbadie

et Caroline Bérenger

Verdier,  collection « Slovo »


Le roman a reçu deux prix pour la traduction :
le prix Laure Bataillon 2008
et le prix Russophonie 2009.









Biographie

Vassili Golovanov est un jeune auteur né en 1960. Il est aussi journaliste et vit à Moscou. Éloge des voyages insensés est son seul roman, paru en 2008 chez Verdier.


 

Éloge des voyages insensés


C'est un roman dont un libraire, Pierre Landry de la librairie Préférences à Tulle en Corrèze, dit que c'est « le plus beau livre du monde » depuis trois ans déjà que l'ouvrage est paru chez Verdier – c'est comme ça qu'il est arrivé entre mes mains – et on serait tenté de le croire.

Éloge des voyages insensés est façonné à partir de l'expérience personnelle de l'auteur et aussi d'une belle part d'imagination merveilleuse. Le lieu d'expédition, l'île de Kolgouev (ou Kolgouïev) est une île de l'extrême nord de la Russie, en pleine Russia_-_Kolgujew.PNGmer de Barents, dans une région du monde que l'on appelle le cercle polaire. Une carte, à « l'entrée » du roman, nous montre sa morpho-géographie presque ronde, d'un diamètre de 80 kilomètres environ. Une seule ville y a subsisté, avec quelque 500 habitants, des Nénètses. Golovanov parsème son œuvre de passages de son journal de voyage, mais aussi d'extraits du récit d'exploration du naturaliste anglais Aubyn Trevor-Battye qui parcourut l'île en 1894.

« La berge aux petites fleurs lilas, c'est l'endroit où mes yeux se sont peut-être ouverts pour la première fois. […] Et pendant que nous étions là, hésitants, j'ai enlevé mon sac à dos et j'ai vu...

Un endroit magique. Un vallon vert et ce ruisseau en crue, une eau incroyablement claire et froide dans laquelle se reflète le ciel, le vrai ciel, un ciel profond, perçant sous la toison hirsute des nuages, et ces toutes petites fleurs dans le velours vert de la mousse... Il y en avait une quantité incroyable et cela rendait cette berge... Cela la rendait magique, oui, du moins c'est ainsi que je l'ai vue parce que mes yeux s'étaient ouverts. »



Le livre de Golovanov se compose de cinq parties dont quatre livres : « Livre du rêve », « Livre de la fuite », « Livre de l'expédition » et « Livre des destins »; ainsi que d'annexes comportant des données ethnographiques mais aussi des retranscriptions d'entretiens avec des personnes ayant un lien particulier avec l'île. Le roman est tissé de multiples registres : du conte philosophique au récit initiatique, de l'essai au carnet de voyage, du monologue intérieur à l'autofiction.

Nul besoin d'être soi-même grand voyageur pour être emporté dans ce tourbillon de découvertes. On accompagne le narrateur au fil des pages, on partage ses observations et on ressent les mêmes éblouissements face à la nature, les contraintes physiques, l'intérêt profond de ce petit bout de terre a priori insignifiant aux yeux de beaucoup, mais dont ce livre prouve qu'on peut en faire un véritable trésor.


Léanne Noilhac, AS Édition-Librairie

 

 

Liens

 

Présentation et revue de presse sur le site de Verdier

 

 http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-elogedesvoyagesinsenses.html

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives