Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 07:00

Witold-Gombrowicz-Trans-Atlantique.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Witold GOMBROWICZ
Trans-Atlantique
traduction

Constantin Jelenski

et Geneviève Serreau

Denoël, 1986

Gallimard, folio, 1990

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biographie

Voir Wikipédia.
  


Trans-Atlantique

Le roman parut d'abord en 1950, en feuilleton dans la revue polonaise Kultura de Paris. Les Polonais immigrés en France ont eu des réactions extrêmement hostiles contre cette œuvre. Ils la considérèrent comme un règlement de comptes de l'auteur avec la Pologne, comme une attaque contre le patriotisme polonais. Gombrowicz fut alors traité de blasphémateur et de traître à la patrie.

L'action du roman dure un mois mais raconte les huit premières années d’exil de l'auteur.

En 1939, Witold Gombrowicz embarque sur le paquebot Chrobry en tant qu'invité à l'inauguration de la ligne transatlantique entre la Pologne et l'Argentine. Il débarque à Buenos Aires le 21 août et les Allemands envahissent la Pologne le 1er septembre. Il décide alors de rester sur le sol argentin et recherche un emploi. La légation1 polonaise hésite entre consacrer ou ignorer Gombrowicz qui sort vaincu de son duel oral contre Borgès. Il lie alors amitié avec un homosexuel qu'il présente dans son roman comme son double, comme « celui qui marche avec lui ».



Les thèmes abordés sont la maturité (représentée par Gombrovicz), l'immaturité (Gonzalo Arturo, le « double » de Gombrowicz), l'opposition entre la jeunesse et la vieillesse, l’achèvement et l’inachèvement, l'infériorité du jeune face à l'adulte, et la sensation de vide et d'insignifiance que lui inspire la patrie.

Dans ce roman, Gombrowizc insiste sur l'opposition entre la sauvegarde de la tradition, l'attachement aux règles morales de la patrie, et la jeunesse, la débauche, et le changement. Son personnage est tiraillé entre, d'une part, la modernité et, d'autre part, la tradition et la « polonité » devant lesquelles il s'agenouille constamment dans le texte.



L'histoire se termine par un Kulig2 et par un immense éclat de rire général qui empêche la situation de basculer vers la mort d'un père ou d'un fils. Ainsi le roman reste en suspens et nous laisse imaginer la conclusion.

Les références de Gombrowicz sont variées mais pour ce livre, l'auteur s'est largement inspiré du Pan Tadeusz (Messire Thadée) de Mickiewicz. Dans Trans-Atlantique comme dans l’œuvre de Mickiewicz on trouve les questions de la polonité et de la nostalgie du pays, ainsi qu'un duel, une chasse à courre, une société secrète et un Kulig.

L'auteur a choisi un procédé emprunté à la littérature polonaise du XVIIe siècle pour mieux la parodier : il utilise la majuscule sur la plupart des mots du texte, parfois pour souligner ce mot ou seulement par jeu graphique. Cependant les traducteurs, Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, ont choisi de modérer ce procédé, ce qui facilite la lecture et permet de profiter au mieux de ce roman.


Pour moi, l'atout de ce roman est la multiplicité des histoires qui se passent dans le cercle polonais de Buenos Aires autour de la Légation, de Gonzalo, d'Ignace et de son père, des trois associés le Baron, Pyckal et Ciumkala, et de la Secte ou la Grande confrérie de la douleur et de la souffrance, du supplice et de la terreur avec l'ordre des chevaliers de l'éperon.


Aurélie, 2e année Bib.


Notes

1- Légation : Fait, pour un État, d'assurer une représentation diplomatique dans un pays où il n'y a pas d'ambassade.

2- Kulig : en hiver, la noblesse polonaise investissait les maisons des environs pour engloutir toute la nourriture et boire toute la vodka des maisons, danser, chanter, et emmenait les occupants dans les maisons suivantes. Ils se travestissaient pour l'occasion en Tziganes, paysans, juifs, prêtres, mendiants, etc.


Bibliographie

Mémoires du temps de l'immaturité (Pamiętnik z okresu dojrzewania), 1933

Ferdydurke, 1937

Yvonne, princesse de Bourgogne (Iwona, księżniczka Burgunda), 1938, publié chez Acte-Sud papiers, dans une traduction d'Yves BEAUNESNE, Agnieszka KUMOR et Renée WENTZIG. Cette œuvre a été adaptée à l'opéra par le compositeur Philippe Boesmans en 2009. Elle porte le même titre.

Les Envoûtés (Opętani), 1939

Trans-Atlantique (Trans-Atlantyk), 1953

Le mariage (Ślub), 1953

Bakakaï (Bakakaj), 1957 (=Mémoires du temps de l'immaturité réédité et complété)

Journal (Dziennik) À l'origine publié successivement en 3 volumes :

  • Première partie (1953-1956), 1957
  • Deuxième partie (1957-1961), 1962
  • Troisième partie (1961-1966), 1966

Le Journal est aujourd'hui publié en 2 tomes par Gallimard dans la collection Folio.

La Pornographie (Pornografia), 1960

Cosmos (Kosmos), 1964 (Prix international de littérature en 1967)

Opérette (Operetka), 1967

Cours de philosophie en six heures un quart, 1969

Testament, Entretiens avec Dominique de Roux, 1969

Cahier Gombrowicz, Éditions de L'Herne, 1970

Souvenirs de Pologne, édition Christian Bourgois,1984


Adaptations cinématographiques

Ferdydurke (1991, GB/POL/FRA) - réalisé par Jerzy Skolimowski.

Pornografia (2003, POL/FRA) - réalisé par Jan Jakub Kolski.


Sur Gombrowicz

    Michał Głowiński, Gombrowicz ou la parodie constructive, Noir et Blanc, 2004.

    Rita Gombrowicz, Gombrowicz en Argentine, 1939-1963, Noir et Blanc, 2004.

    Lakis Proguidis, Un écrivain malgré la critique, Gallimard, coll. L'Infini, 1989.

    Jean-Pierre Salgas, Witold Gombrowicz, Seuil, coll. les contemporains, 2000.


Sources

Préface de Constantin Jelenski, dans Trans-Atlantique.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Witold_Gombrowicz

 www.blogg.org/blog-50350-billet-witold_gombrowicz_trans_atlantique-1011416.html

 www.beskid.com/kulig.html

 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/l%C3%A9gation

 http://www.gombrowicz.net/

 

 

Witold GOMBROWICZ sur LITTEXPRESS


 

gombrowicz.jpg

 

 

Article de Melaize sur Bakakai. Parallèle avec Stefan Zweig.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives