Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:00

Yukimura-Makoto-planetes_couv.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

YUKIMURA Makoto
Planètes
traduit du japonais
par Xavière Daumarie
Panini comics
4 tomes parus
entre 2003 et 2005
(pour la version française)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Planètes est un manga de science-fiction loin des stéréotypes de guerre des étoiles et d’extraordinaires poursuites en vaisseaux spatiaux. C’est plus une sorte de « bilan prévisionnel » ou de mise en garde sur ce que sera notre monde, notre planète et l’espace qui l’entoure au vu de la pollution qu’engendrent actuellement les hommes.

À partir du quotidien d’une équipe de récupérateurs de débris spatiaux (l’équipage du Toy Box) l’auteur arrive à nous plonger dans un récit d’anticipation très réaliste. Ces éboueurs de l’espace ont pour mission de ramasser les déchets que les humains laissent dans l’espace : vieux satellites hors d’usage, débris de vaisseaux, déchets laissés pas les hommes vivant dans l’espaces, mines… C’est le métier le plus bas de la hiérarchie ; pourtant les éboueurs de l’espace sont indispensables. Les vestiges de vaisseaux laissés à l’abandon prennent de la vitesse et provoquent de graves accidents lorsqu’ils entrent en collision avec d’autres vaisseaux ; ces accidents engendrent encore plus de débris et par conséquent plus de risques… C’est un cercle vicieux.

Yukimura-Makoto-Panetes-vaisseau.jpg

La conquête de l’espace est vue à l’échelle humaine, les vastes questions politiques d’appropriation de territoires et de richesse restent secondaires. Les problèmes politiques ne sont abordés qu’au travers des répercussions qu’ils ont sur la vie quotidienne des citoyens.
Yukimura-Makoto-couleur.jpg
Plusieurs histoires individuelles s’entrecroisent pour dépeindre le quotidien des astronautes, leurs désillusions, le manque d’intimité dans les petites navettes (par opposition à l’immensité de l’espace), leurs rapports avec la terre (et leurs familles qui y vivent) et avec l’espace (où se déroulent leurs rêves). Ces récits, qui ne semblent être que ceux de destins individuels, reflètent au final les tracas de la majeure partie de la population de cette époque futuriste.

Bien que les personnages aient en commun un lien particulier avec l’espace ils ne partagent pas tous les mêmes ambitions ni le même caractère, Chacun a un passé propre qui l’a amené à travailler dans l’espace. Il y a peu d’action, mais le contraste des différentes personnalités permet une dynamique qui donne vie au récit et captive le lecteur.

Le réalisme est renforcé par les nombreux faits cités qui renvoient à des recherches et des constats réellement faits par des chercheurs et astronautes. Le futur, un peu pessimiste, que nous montre l’auteur est toutefois parfaitement plausible selon les études actuelles.

Yukimura Makoto planeteplanche


Les dessins sont très précis, les petits détails contrastent avec l’immensité des décors. Les hommes apparaissent ainsi d’autant plus petits et isolés. Yukimura Makoto arrive à multiplier les détails tout en préservant la lisibilité de l’image.

Noémie P., 2e année Bib.-Méd.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives