Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 07:00

Zadie-Smith-sourires-de-loup-01.gif







Zadie SMITH
Sourires de loup
Titre original
White Teeth
Hamish Hamilton, 2000
traduit de l’anglais
par Claude Demanuelli
Gallimard, Du monde entier, 2001
Folio, 2003


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zadie Smith

Zadie-Smith.jpgZadie Smith est une auteure contemporaine anglaise née dans la banlieue nord-ouest de Londres en 1975. Fille d’un père jamaïcain et d’une mère anglaise, elle fait ses études à Cambridge et obtient le Prix Guardian pour son premier roman Sourires de loup. Lors de la présentation du livre à la foire de Francfort,  les droits étrangers ont été achetés par de nombreux pays alors qu’il n’y avait qu’une centaine de pages proposées sur les 700 de l’ouvrage final. Elle a reçu de nombreux prix pour ce premier livre mais aussi pour ses autres ouvrages maintenant attendus avec impatience par le monde littéraire autant que par le public. Son second livre, The Autograph Man, publié en Angleterre en 2002, évoque les thèmes de la perte et de l’obsession avec une profonde réflexion sur la nature de la célébrité. Elle est considérée dans de nombreux classements comme l’une des meilleures romancières anglaises contemporaines et est même présente dans la liste du Times publiée en 2008 des « 50 meilleurs écrivains britanniques depuis 1945 ».

Son troisième livre est aussi un succès mondial et elle remporte en 2006 le « Orange Prize for fiction » pour On Beauty, publié en France en 2007, toujours chez Gallimard, sous le titre de De la beauté. Ce livre raconte la vie des cinq membres d’une famille de Wellington près de Boston. On retrouve comme dans Sourires de Loup, une saga multiethnique trépidante où l’on suit pas à pas les pérégrinations des personnages.

Dans ses romans, Zadie Smith évoque avec humour et finesse les difficultés de nos sociétés contemporaines. Du racisme au métissage culturel pour ensuite réfléchir aux problèmes d’actualité dans la vie urbaine, elle propose des fresques sociales riches en émotions et en questionnement pour le lecteur qui aura beaucoup de mal à quitter ses personnages si présents et tellement attachants tout au long des nombreux chapitres.

Globalement, Zadie Smith est appréciée et reconnue pour son travail ; elle a d’ailleurs été nommée en 2010 professeur titulaire de fiction à l’université de New York.

Son nouveau roman, NW semble prometteur et sa parution à la rentrée littéraire anglaise de 2012 a été saluée par de nombreux articles et critiques britanniques.

White-Teeth-Zadie-Smith.jpg

Sourires de loup

Ce roman nous raconte l’histoire de deux familles anglaises des années 70 aux années 90, en évoquant aussi la jeunesse des deux patriarches Archibald Jones et Samad Iqbal, dont l’amitié indéfectible s’est forgée lors d’une mission militaire pendant la Seconde Guerre mondiale.

On va donc suivre petit à petit les mariages des deux amis et ensuite leur vie quotidienne avec les petits et les gros tracas sur trois générations.

On commence par Archie Jones qui, après un suicide raté dans les premières pages du livre, va retrouver l’amour et se remarier à Clara Bowden, une jeune Jamaïcaine de presque trente ans de moins que lui. Elle essaye d’échapper à sa mère, Hortense Bowden, témoin de Jéhovah, qui élève sa fille dans cette religion depuis sa plus tendre enfance et est persuadée que la fin du monde est proche et que seuls quelques élus, dont évidemment elle fait partie, iront au Paradis « retrouver le Seigneur ».

Samad Iqbal est bangladais mais vit depuis longtemps à Londres ; il est marié à Alsama, une jeune femme qui a préféré venir vivre à Londres même si pour cela elle épouse un homme de trente ans son aîné. Très rapidement après les deux mariages, les jeunes épouses se retrouvent enceintes et naissent, chez les Jones, la jeune Irie, et chez les Iqbal, les jumeaux, Magid et Millat. On suit donc la jeunesse des ces enfants et les réactions de leurs parents, plus ou moins passifs devant les évolutions et la nécessaire intégration de cette deuxième génération.

L’entrée en scène d’une troisième famille, les Chalfen chamboulera le destin d’Irie, de Magid et de Millat. Après qu(ils ont été confrontés aux problèmes raciaux et aux conflits ethniques, la religion reprend de l’importance dans la vie de ces jeunes Londoniens. Si Irie trouve refuge auprès de sa grand-mère Hortense, Millat, lui, se rapproche d’un groupe d’intégristes musulmans.

Tout va se cristalliser dans la dernière partie de l’histoire autour des travaux de clonage du célèbre généticien Marcus Chalfen. Soutenu dans son projet par Irie et Magid, alors que le groupuscule intégriste de Millat et un groupe d’activistes écologistes auquel le fils de Marcus appartient préparent une vengeance, la « Souris du futur » de Marcus Chalfen va être l’élément révélateur des problèmes internes des trois familles.

Chaque personnage a en quelque sorte la parole et donne son point de vue, bien que l’on revienne souvent « aux origines » avec les idées d’Archie et de Samad.



Le livre se divise en quatre parties. Les deux premières rassemblent les histoires centrées sur les deux patriarches. On apprend comment les deux hommes se sont connus et ce qu’ils ont ensemble traversé pendant la Seconde Guerre mondiale. Après les réalités actuelles de la vie de ces deux hommes, de leurs relations amoureuses à leurs états d’âme ou encore à leurs difficultés pour élever leurs enfants et leurs problèmes avec les différentes religions, on apprend aussi leurs origines avec, notamment, les « racines de Mangal Pande » un lointain ancêtre de Samad qui a eu un petit rôle oublié par tous, sauf par Samad, dans l’histoire de l’indépendance de l’Inde et qui est pour lui une référence presque absolue.

 Les deux parties suivantes évoquent tout d’abord Irie, et ses difficultés de jeune fille « éclaircie », comme dit sa grand-mère, de ses problèmes capillaires à ses problèmes de cœur, les racines jamaïcaines de sa grand-mère Hortense Bowden, mais aussi le choc entre l’éducation des Chalfen et celle des Bowden, des Jones et des Iqbal. La dernière partie concerne les relations entre Millat, son frère Magid et Marcus Chalfen et l’entrée dans le troisième millénaire avec tout ce que cela entraîne pour la famille avec l’éclatement de tous les problèmes et puis une résolution, suivant le reste de l’histoire, avec beaucoup d’humour et de profondeur. Zadie Smith nous dit :

 

«  Mais raconter ces histoires à dormir debout et d’autres du même acabit contribuerait immanquablement à accélérer la diffusion du mythe, du dangereux mensonge, selon lequel le passé est toujours imparfait et le futur parfait. »

 

Sa fin se projette donc dans l’avenir, le temps d’une seconde de réflexion prolongée par  un Archie devenu  ponctuellement philosophe.

Beaucoup de thèmes sont abordés, dans ce roman et dans les ouvrages de Zadie Smith en général, mais le principal est sans doute l’immigration, avec ce que cela implique. L’auteur jongle entre les paradoxes d’une éducation avec les valeurs de la société d’origine ou celle de la culture du pays d’accueil, les difficultés d’intégration ou encore le poids religieux et culturel subi par ces générations des différentes communautés de Londres en particulier. Elle apporte, avec beaucoup d’humour et un grand talent narratif, son point de vue sur ces sujets grâce à des personnages hauts en couleur et extrêmement attachants.

L’histoire a donné lieu à une adaptation par Channel 4 en quatre épisodes réalisée par Jullian Jarrold en 2002, seulement deux ans après la première parution et le titre est très souvent réédité. Zadie Smith a en quelque sorte atteint le statut d’écrivaine contemporaine anglaise incontournable, par ses idées, ses sujets et surtout son style percutant et tellement agréable à lire. Au fil de ses pages, on part réellement en voyage et on est surpris, je crois, d’en arriver « déjà » à la fin. Cette dernière, un peu floue et presque précipitée, nous laisse un tout petit peu déçu au regard des délices de cette saga.


Chloé B., 2ème année Édition-Librairie

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives