Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 07:00

Zidrou-Lafebvre-Lydie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ZIDROU (scénario)
et Jordi LAFEBRE (dessin et couleurs)
Lydie
Dargaud, 2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Zidrou.jpg

 

 

 

De son vrai nom Benoît Drousi (il le dit lui-même, ses initiales le prédestinaient au neuvième art) est né en 1962 en Belgique.Il a exercé dans l’enseignement pendant quelques années avant de se consacrer à l’écriture.Il dit avoir eu la chance de vivre dans sa jeunesse les débuts de la bande dessinée franco-belge qui l’a beaucoup inspiré.

Il fait ses débuts dans le journal de Spirou.Il est l’auteur de la série « L’élève Ducobu » adaptée récemment au cinéma.
 Jordi-Lafebre.jpg
 



Jordi Lafebre. Né en 1979, cet auteur espagnol a étudié la bande dessinée et fait l’école des Beaux-Arts à Barcelone. Il travaille pour différents magazines espagnols, dont des magazines jeunesse. Il rencontre alors Zidrou et tous deux décident de collaborer. Jordi Lafebvre participera à l’album collectif intitulé La vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis et d’autres histoires qui font du bien. Aujourd’hui, il partage sa vie entre la bande dessinée et le métier d’enseignant.

 

 

 

Lydie a reçu le prix Bédélys Monde qui récompense la meilleure bande dessinée de langue française diffusée au Québec.



L’histoire

Dans un petit village belge des années 1930, les habitants d’une impasse vont devenir les héros d’une aventure humaine touchante. L’histoire se déroule dans l’impasse du Baron van Dick, rebaptisée l’impasse « bébé à moustaches », depuis que des garnements, ont, une nuit, affublé de moustaches un bambin sur une affiche publicitaire pour un savon.Elle restera ainsi et les habitants du lieu se feront appeler les « moustachus ».

Il y a aussi la statue d’une madone, nichée dans une façade de maison, qui constituera la voix off de cette histoire et commentera les drames et les événements heureux dont elle est témoin.
Image à insérer: image de la madone Lydie

Orpheline de mère, Camille vit avec son père, Augustin, chauffeur de locomotive. Cette jeune femme, un peu simple d’esprit, accouche d’un enfant mort-né dont elle ne connaît pas le père.

Cette enfant, elle l’aurait appelée Lydie.

Un tel début pourrait en rebuter plus d’un, mais ce serait compter sans le talent des auteurs.



La solidarité face au désespoir.

Camille est inconsolable et son père désarmé. Jusqu’au jour où elle entre à toute vitesse dans le café du coin pour annoncer, radieuse, que les anges lui ont rapporté son enfant.Devant le désarroi et l’incrédulité générale, Camille se promène avec un landau vide, nourrit au biberon un bébé invisible mais affiche une joie de vivre jamais vue auparavant, malgré les railleries et la méchanceté de certains.

Alors, face à ce spectacle particulier, les habitants vont « jouer le jeu » et accueillir la fillette dans leur communauté. Les femmes donneront les habits d’enfants qui ne servent plus, le menuisier fabriquera une chaise haute, même le curé se laissera convaincre de baptiser l’enfant. Plus tard, elle rejoindra ses petits voisins sur les bancs de l’école.
  Zidrou-Lafebvre-Lydie-planche-5.jpg
 Cet élan unit tous les habitants du quartier et renforce les liens.

Les années passent, Camille va même acquérir une certaine autonomie et Lydie acquiert sa place dans la petite communauté. Plus personne ne songe à rétablir cette vérité qui de toute façon, serait plus douloureuse qu’utile.

Et puis, il y a quand même des éléments troublants…



Une illustration et des personnages réalistes et touchants.

Les dessins revêtent une couleur sépia et nous plongent complètement dans l’ambiance de cette époque.Les traits des personnages sont réalistes et d’une intense expressivité, ce qui les rend très proches. Ces illustrations qui confèrent à l’histoire une ambiance intimiste font penser à celles de Loisel et Tripp dans Magasin général.
 Zidrou-Lefebre-03-copie-1.JPG
 
Leur langage parfois trivial et leur comportement simple donnent aux personnages une incroyable humanité.
 
 
Zidrou-Lafebvre-Lydie-scene-du-cafe-copie-1.jpg

Une collaboration réussie.

La principale difficulté pour ces auteurs était de trouver l’équilibre entre le récit d’un événement dramatique et une certaine forme d’humour. Sans aucun doute, ils y sont parvenus.Cette histoire pourrait refroidir le lecteur par la sensibilité de son sujet.

Mais elle ne sombre à aucun moment dans le « glauque » ou le pathos, tant elle est écrite et illustrée avec délicatesse, humour et humanité.Il n’était pas question pour les auteurs de dépeindre une Camille « folle », seulement comme le dit un des personnages « une bonne mère, à sa façon ».Certains trouveront peut-être que cette histoire baigne dans trop de bons sentiments mais les valeurs et la tendresse qu’elle dépeint font tout simplement du bien. Retrouverait-on ces valeurs aujourd’hui ?

Et l’on quitte à regret les habitants de l’impasse du bébé à moustaches avec une sensation étrange mais le sourire aux lèvres…
 

Céline, AS Bibliothèque

 

 

 
Interview de Jordi Lafebre
 http://www.sceneario.com/sceneario_interview_LYDIE.html
 http://www.generationbd.com/index.php/forums/index.php?topic=1546.0
 
 
Interview de Zidrou
 http://www.bedetheque.com/auteur-2153-BD-Zidrou.html
 http://www.dailymotion.com/video/xq4uwt_zidrou-en-interview-pour-planetebd-com_creation

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives