Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 07:00

zoya-pirzad-le-gout-apre-des-kakis.jpg









Zoyâ PIRZÂD
Le Goût âpre des kakis
Nouvelles traduites du persan (Iran)
par Christophe Balaÿ
Zulma, 2009
Le Livre de poche, 2012












Zoyâ Pirzâd

Elle est romancière, traductrice et nouvelliste.

Elle est née à Abadan en Iran en 1952.

Elle fut découverte par Zulma* en 2007.

« Elle fait partie de ces auteurs iraniens, profondément humanistes qui ouvrent sur le monde l’écriture persane sans rien céder de leur singularité. » Zulma
prix_courrier_international.jpg
Elle a reçu, pour Le Goût âpre des kakis, le prix Courrier international du meilleur livre étranger en 2009.

Pour en savoir plus sur cette auteure, je vous propose le lien ci-dessous qui peut vous amener (si vous le désirez) directement sur une page du site de la maison d’édition Zulma consacrée exclusivement à Zoyâ Pirzâd.

 http://www.zulma.fr/auteur-zoya-pirzad-300.html

zoya-pirzad-le-gout-apre-des-kakis-02.jpg

Le livre

« Comme dans ses autres recueils de nouvelles Zoyâ Pirzâd explore avec subtilité, lucidité, tendresse et une certaine nostalgie les chassés-croisés de la vie amoureuse. » Zulma

Ce recueil est composé de cinq nouvelles :

  • Les taches
  • L’appartement
  • Le Père-Lachaise
  • L’harmonica
  • Le goût âpre des kakis


Le thème de ces nouvelles : le couple, « le couple […] écartelé entre modernité et tradition. » (Xavier Lapeyroux dans Le Monde diplomatique).



Petits résumés des nouvelles

« Les taches »

Les couples principaux

  • Leïla, une jeune femme pas très sûre d’elle et assez réservée et Ali un jeune homme volage.
  • Roya, une amie proche de Leïla – elle est la caricature parfaite de la femme moderne ; elle malmène son mari, passe son temps à se peindre les ongles et n’hésite pas à donner son avis – et son mari Hamid.


Tout au long de cette nouvelle, on va voir évoluer Leïla. Elle est forcée de devenir autonome à cause de sa vie de couple qui n’est pas rose mais aussi grâce à Roya qui n’hésite pas à la conseiller et surtout grâce à son don très peu commun...



« L’appartement »

Les couples principaux

  • Manhaz  – elle est forte et sait ce qu’elle veut –, et son mari Faramarz, un homme parfait mais psychorigide.
  •  Simine, une jeune fille élevée dans la tradition, et Madjid, qui a passé plusieurs années aux États-Unis.

   
Simine, depuis qu’elle est toute petite, est éperdument amoureuse de Madjid son cousin germain. Ce sont leurs mères respectives qui ont organisé leur mariage au retour de Madjid. Celui-ci ne semblait pourtant pas être intéressé par sa cousine...

Manhaz quant à elle rencontre Faramarz au travail et bénit le ciel de lui donner un mari aussi exceptionnel. Mais le tempérament de Faramarz et celui de Manhaz ne semblent pas faits pour aller ensemble...

Ces deux couples vont être amenés à la rupture.

Simine vend alors le petit appartement dans lequel elle vivait avec Madjid  pour retourner vivre chez sa mère et Manhaz l’achète car elle ne supporte plus de vivre avec Faramarz.

C’est cet appartement qui fait le lien entre ces deux femmes que tout oppose.



« Le Père-Lachaise »

Les couples principaux

  • Taraneh et Monsieur Naghavi
  • Taraneh et Morad
  • Minouche et Jean
  • Minouche et Shabab


Taraneh est le personnage principal de cette nouvelle. Elle est une femme tout ce qu’il y a de plus normal excepté en ce qui concerne ses cheveux ; ils sont très bouclés (cela déplaît fortement à Monsieur Nagahvi, elle passe donc énormément de temps et gaspille beaucoup d’énergie à les rendre lisses).

Minouche, au coutraire de Taraneh, a des cheveux très lisses et rêve de les avoir bouclés. Elle est décrite comme très maquillée et devient très vite amie avec Taraneh.

Ces deux femmes assez semblables que seule semble distinguer la nature de leurs cheveux vont avoir toutes les deux une vie de couple compliquée. Taraneh qui est fiancée à Monsieur Nagahvi va le quitter pour se marier avec Morad et Minouche qui semblait aimer Jean va épouser Shahab sur un coup de tête.

Cette nouvelle nous  raconte l’histoire de la vie de couple de Taraneh et Morad en la comparant à celle de Minouche et Shahab.



« L’harmonica »

Les personnages

  • Hassan, un jeune homme réservé
  • Monsieur Kamali le patron, associé et camarade de pêche de Hassan
  • La mère de Hassan qui joue le rôle de la conscience de ce dernier
  • Un chauffeur de camion
  • Soheïla Khanom, la jeune et coquette femme de Monsieur Kamali

   
Hassan et Monsieur Kamali se sont rencontrés à la pêche ; Monsieur Kamali a appris à Hassan à jouer de l’harmonica et ils ont ensemble monté un restaurant de kebab. Ils sont amis et leur relation est paisible jusqu’au au jour où Monsieur Kamali se marie. Soeïla Kahnom, sa femme, est coquette. Hassan apprendra du chauffeur de camion qu’au mariage il est recommandé de brider la coquetterie des femmes. Monsieur Kamali lui passera tous ses caprices jusqu’à accepter de déménager aux États-Unis.

 

 

 
« Le goût âpre des kakis »

Les personnages

  • Madame : le personnage principal
  • La maison de Madame : elle va évoluer en même temps que Madame, elle est sa dot et Madame y tient énormément car c’est un cadeau de son regretté père
  • Le Prince : le mari de Madame
  • Ebrahim et Golbanou : un couple de serviteurs qui font partie de la dot de Madame
  • Le Locataire


Madame n’est jamais sortie de sa maison que pour offrir des kakis au voisinage. Elle est complètement coupée de l’extérieur et du temps qui passe.

Elle n’a pas d’enfant car elle est stérile et arrive un moment où Golbanou puis le Prince l’ayant quittée, elle se retrouve seule avec un seul domestique plus vieux qu’elle dans sa grande maison. Elle est déjà vieille mais est décidée à ne pas la quitter même quand la ville subit un bombardemant. Elle consent à prendre un locataire car elle a peur des voleurs et des catastrophes qui pourraient advenir dans sa grande maison.

Une relation se tisse entre Madame et son locataire, elle est troublée par la fiancée du locataire qu'elle n’arrive pas à supporter.

Mais elle va jusqu’à leur proposer de leur donner sa maison pour que celle-ci reste habitée.



C’est dans un style fluide et accessible au plus grand nombre que Zôya Pirzâd a décidé de nous raconter ces cinq nouvelles. Elle nous y décrit les histoires de couples qu’on peut trouver en Iran. On est  immergé dans l’Iran d’aujourd’hui. Ces récits sont en effet rythmés par des noms de plats typiques et des mots aux consonances orientales. Pirzâd nous propose en somme un petit voyage fort sympathique et sans prise de tête dans ce pays tiraillé entre tradition et modernité qu’est l’Iran à l’aube du XXIème siècle.



* Zulma
logo_zulma.jpg
Fondées en 1991, les éditions Zulma ont été imaginées par deux passionnés de littérature, Laure Leroy et Serge Safran. Au rythme de douze nouveautés par an dans le domaine de la littérature contemporaine, française et étrangère, Zulma s’impose comme seul critère valable, celui de tout lecteur : être amoureux du texte qu’il faudra défendre.

« Car il s’agit de s’émouvoir, comprendre, s’interroger – bref, se passionner. » Zulma


Son site : http://www.zulma.fr/

PS : La maison d’édition propose sur son site des ateliers d’écritures accessibles à toutes les plumes.


Caroline, 1ère année édition-librairie

 

 

 

Zoyâ PIRZÄD sur LITTEXPRESS

 

Zoya Pirzad Un jour avant Paques

 

 

Article de Karine sur Un jour avant Pâques.

 

 

 

 

 

 

 

Zoya Pirzad Comme tous les après-midiMarjane Satrapi Broderies

 

 

 

États d'âmes en Iran : Zôya Pirzâd et Marjane Satrapi, article de Claire

 

 

 

 

 

 

Zoya Pirzad Le Gout apre des kakis 

 

 

Article de Marine sur Le Goût âpre des kakis.

 

 

 

 

 

 

 

 

La littérature iranienne sur LITTEXPRESS


djawann.jpg

 

 

 

 Article d'Adeline sur La Muette de Chahdott Djawann

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives